-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Chrétiens d’Irak : pourquoi tant d’indifférence ?



jeudi 31 juillet 2014




Une réfugiée chrétienne en prière, à Arbil, le 27 juin dernier.


Marc Fromager est directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse, et rédacteur en chef de L’Eglise dans le Monde. Il est également l’auteur de Chrétiens en danger, vingt raisons d’espérer (EDB).


FigaroVox : Depuis la prise de Mossoul par les islamistes d’EEIL, comment a évolué la situation des chrétiens d’Irak ?


MARC FROMAGER : La communauté chrétienne d’Irak est purement et simplement menacée d’extinction. Depuis l’invasion américaine de 2003, la situation n’a cessé de se dégrader pour les chrétiens dans ce pays. Avec la prise de Mossoul par les islamistes, le 10 juin, on a franchi une étape supplémentaire. La menace est devenue frontale pour les chaldéens, d’autant que de nombreux villages chrétiens se trouvent à proximité de Mossoul. Le 17 juin, l’EIIL a ordonné aux derniers chrétiens de la ville de devenir musulmans, ou bien d’accepter le statut de dhimmi, qui oblige au paiement d’un impôt de « protection » ou bien de quitter la ville avant le 19 juillet à midi. Leurs maisons ont été marquées de la lettre N -nazara en arabe qui désigne les chrétiens-, et confisquées. Les chrétiens de Mossoul contraints à l’exode ont dû abandonner tous leurs biens, confisqués par les islamistes. A Bagdad, il y a encore des chrétiens, mais la situation est devenue chaotique. Reste la partie kurde du pays où les chrétiens bénéficient, pour le moment, d’une sécurité relative.


Mossoul était-elle une des plus anciennes villes chrétiennes du monde ? Depuis quand les chrétiens sont-ils présents en Irak ?


Le christianisme s’est largement répandu au Moyen-Orient, où il est né. Il y a eu des chrétiens dans l’actuelle Irak très certainement dès les semaines qui ont suivi la Pentecôte, c’est-à-dire aux tout débuts du christianisme. L’apôtre Saint Thomas est passé là. Il y avait d’ailleurs une relique de lui à Mossoul, qui est l’ancienne Ninive de la Bible. Avec Antioche et Damas, Mossoul abritait probablement une des plus importantes communautés chrétiennes de l’époque. Un des titres de gloire de Mossoul pour les chrétiens, est d’avoir eu comme évêque Saint Isaac le Syrien -même s’il est né dans le territoire actuel du Qatar-, encore appelé Saint Isaac de Ninive.


La communauté chrétienne d’Irak est purement et simplement menacée d’extinction.


Face à la poussée de l’islamisme radical, peut-on craindre à long terme une disparition définitive des chrétiens d’Orient ?


Lorsque l’on évoque cette possibilité, on est en général taxé de dépressif ou de vautour. Les sceptiques sous-entendent que l’on brandit cette éventualité afin de susciter la générosité des donateurs ou encore pour jeter de l’huile sur le feu en illustrant l’apparente inutilité du dialogue interreligieux. Or, si l’on regarde les chiffres, la proportion des chrétiens au Moyen-Orient n’a cessé de baisser depuis l’arrivée de l’islam. Et cette diminution n’a fait que s’accélérer tout au long du XXème siècle, et en particulier ces vingt-cinq dernières années. Malgré les déclarations optimistes ou encourageantes des autorités ecclésiastiques locales - et on comprend qu’elles ne veuillent pas accroître la tentation déjà lancinante de l’exil-, l’eventualité d’une disparition totale des chrétiens au Moyen-Orient ne cesse de se renforcer. Certes, il reste encore des millions de chrétiens en Egypte et on les imagine difficilement disparaître dans un avenir proche. Mais il est vrai qu’en Irak et peut-être demain en Syrie, le scénario devient chaque jour plus probable. Parallèlement et de manière paradoxale, il y a de plus en plus de chrétiens étrangers -en général indiens ou philippins- au Moyen-Orient. On compte ainsi un million et demi de catholiques en Arabie Saoudite, alors que les chrétiens avaient disparu de ce pays pendant quatorze siècles. Mais ce sont des travailleurs venus d’Asie et non des chrétiens d’Orient. Ils ne resteront pas dans la région.


Alors que le monde entier a les yeux rivés vers la Palestine, le sort des chrétiens d’Orient semble susciter moins de mobilisation dans l’opinion occidentale. Comment expliquer cette indifférence ?


C’est un grand mystère ! Il ne s’agit pas que des chrétiens d’Orient. D’une manière générale, le sort des chrétiens dans le monde n’intéresse personne. Lorsqu’il s’agit de persécutions antichrétiennes, c’est la mélodie du silence ! Est-ce parce que le christianisme n’est plus censé faire partie de la sphère publique ? Faut-il y voir un lien avec le rejet de nos racines et de notre identité ? Les chrétiens ne font-ils pas le poids face à des intérêts supérieurs, en général énergétiques ou financiers ? Le plus surprenant, c’est que même l’Eglise, hormis le Pape François qui en parle de plus en plus, semble anesthésiée sur cette question. Est-ce par considération mystique, l’Eglise étant appelée à suivre le Christ jusque dans sa passion ? Est-ce par humilité (ne parlons pas de nous) ou une charité déplacée (ne parlons pas de persécution, cela signifierait qu’il y a des persécuteurs) ? Ou considère-t-on simplement qu’il n’y a plus rien à faire pour les chrétiens dans le monde ?


Face à leur situation tragique, que peut faire l’Occident pour aider les chrétiens d’Orient ?


Il faut d’abord en parler. Même si on n’est pas chrétien, on ne devrait pas pouvoir rester insensible à ces menaces d’extermination. La seconde urgence est que les pouvoirs publics français et européens expriment de manière ferme et constante notre indignation extrême face à ce drame. Le message est simple : ces persécutions ne sont pas pas acceptables ! Pour éviter de prêter le flanc à l’accusation de partir en croisade, on pourrait placer cette exhortation sur le plan de la liberté religieuse en la revendiquant pour tous. A Mossoul, les maisons des chiites aussi ont été marquées par les islamistes. C’est également intolérable.



Voir en ligne : Chrétiens d’Irak : pourquoi tant d’indifférence ?



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?