-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Interview de Evariste KABORE réalisée par le site web du Buisson Ardent



mercredi 20 juillet 2016, par Joseph Akoutou



Dans le cadre des activités de clôture de l’école session apôtre, évangéliste, cellule femme, plusieurs enseignements ont été donnés. Après ceux transmis par le frère Jacques Badini les 14 et 15 août 2014, c’est au frère Evariste qu’à échu l’honneur d’abreuver le peuple de Dieu de la parole les jours suivant. Ici à travers les questions que l’équipe web lui a posées, il revient sur un des moments les plus forts de son enseignement.



Site web du Buisson Ardent : Pendant vos enseignements, vous avez touché un organe essentiel qui intervient dans les relations sociales à savoir la langue. Est-elle selon vous la source de tous les maux de l’humanité ?


Frère Evariste Kaboré : Quand on se réfère à la parole de Dieu notamment dans le livre de Jacques, Jacques présente la langue comme la source de tous nos maux. Au constat, avec la langue, les hommes bénissent Dieu qu’il ne voit pas et maudissent leur semblable. La langue apparait alors comme un véritable organe de contradiction. Elle a donc besoin d’être sanctifiée par la parole de Dieu. La langue peut causer beaucoup de dégâts si elle n’est pas utilisée suivant l’ordonnance de la bible. St Jacques dans son écrit ne dit pas le contraire lorsqu’il affirme que la langue malgré sa petitesse peut enflammer tout le corps si l’on ne prend garde. Il faut donc reconnaitre que la langue est difficile à maitriser, nuit été la grâce de Dieu.


Quelle est la place de la langue dans la relation avec Dieu et comment le serviteur de Dieu doit l’utiliser pour faire du bien ?


La langue tient une place privilégiée dans la relation avec Dieu. On comprend mieux cela lorsqu’on se réfère à Isaïe 50,4 où le prophète affirme, Dieu m’a donné une langue exercée pour savoir parler à qui est faible et une oreille de disciple pour écouter sa parole. Mieux on voit la place de la langue dans la relation avec Dieu à travers le livre de Sophonie où Dieu dit qu’il purifiera les lèvres de son peuple pour l’invoquer dignement. Pour faire du bien avec sa langue et puisque c’est de l’abondance du cœur que la langue parle, il faut laisser le Saint Esprit remplir son cœur. En effet, quand le Saint Esprit rempli notre cœur, ça transforme notre langue et c’est alors que nous arrivons à bénir les hommes, à avoir des pensées positives, à proclamer la parole de Dieu.


La langue, la parole de Dieu et les charismes, quels liens ?


Le lien est évident. En effet comme chrétien, nous avons une relation avec Dieu. Par le baptême, nous sommes prêtres, prophètes et rois. Ainsi, en tant que prophète, nous sommes appelés à proclamer la parole de Dieu et c’est avec la langue. Dans la première lettre de saint Paul apôtre aux corinthiens, il est fait allusion aux charismes dont celui de la prophétie. La prophétie est un charisme vocale et d’inspiration qui permet au bénéficiaire de transmettre des paroles de la part de Dieu, pour exhorter, consoler ses frères. La prophétie s’appelle également don du parler en langue et saint Paul l’a qualifié langue des anges. Celui qui parle en langue s’édifie lui-même et édifie ses frères. Il faut aussi retenir que la plus part des charismes sont ordonnés à la parole.


Quels sont les sentiments qui vous animent à l’issu des activités de clôture ?


Je suis habité par des sentiments de joie. Je bénis Dieu pour tout ce qui s’est passé. En effet, le peuple était chaleureux, on a remarqué que les gens avaient visiblement soif de rencontrer Dieu. Ce climat nous a donné beaucoup de satisfaction et nous a édifié nous même. Il faut dire que nous apprenons aussi en partageant nos connaissances. Notre souhait c’est que maintenant tous nous mettions en pratique la parole de Dieu à défaut le moment passé serait comme l’expérience d’une personne qui regarde un miroir et quelques instants après loin du miroir oublie sa propre image. Je suis ravi aussi de revoir lors des activités des anciens de l’école, c’est bien de revenir ainsi à la source. C’est le lieu de leur décerner un satisfecit puisque nous sommes au courant que dans leurs différents milieux ils font des efforts pour évangéliser.



Date de publication : 19 août 2014



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?