-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Le Seigneur ne nous condamne pas. Mais il nous tend la main pour nous sauver


Prédication de père Camillien Alfred SANKARA.


jeudi 1er janvier 2015, par KAKABIEGO B. Serge Théophile



Nous voici à présent à l’heure du premier message de la vigile 20014 au SIAO. Il est 22H30. Ce message a pour thème : « Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. » (Ap2.19-20).
Le prédicateur de ce premier message est le père Camillien Alfred SANKARA.


Rappelons au passage que le prédicateur de ce premier message est le père Camillien Alfred SANKARA qui a été membre du noyau du Buisson Ardent dans les années 2001 - 2006, au temps où Michel BONKOUNGOU était le berger du groupe. C’est d’ailleurs au sein de ce groupe du renouveau charismatique qu’est né en lui le désire de devenir prêtre, déjà en 2001.


Le serviteur du Seigneur commence son propos par la lecture du passage de l’Apocalypse, lecture faite par Franck TRAORE. Il enchaine avec un autre texte, celui de Matthieu 13,1-9 qui parle du semeur qui est sorti pour semer.


Revenant sur le texte de l’Apocalypse, il rappelle que tous nous sommes capables de bien et de mal. Reprenant l’histoire du salut il montre comment Dieu par Abraham s’est choisi un peuple, le peuple d’Israël. Dieu, ayant à plusieurs reprises parlé à ce peuple par les prophètes, nous parle à nous aujourd’hui par son Fils, Jésus-Christ.
Cette parole dit qu’il nous faut de la constance dans le vécu de notre foi. Le Seigneur nous connait très bien. Il sait tout le bien que nous faisons. Mais il nous reproche de laisser Jézabel prendre vie en nous. Qui est-elle ce Jézabel ?


Elle est la femme d’Achaz, un des rois d’Israël. Elle a séduit ce roi et l’a emmené à adorer des faux dieux. Cela rappelle le scénario de la faute originelle où Eve a donné la pomme à Adam .


Jézabel est une séductrice. Elle imite le démon, qui est le séducteur. Bravo ! Vous avez laissé les boites de nuits pour passer cette nuit dans la présence de Dieu.
Mais en somme, quelles sont les conséquences pour un homme qui se laisse séduire par cette femme ?


Le roi Salomon s’est laissé séduire. A cause des femmes étrangères il s’est détourné de Dieu. David lui aussi s’est laissé séduit. Il a convoité la femme d’Urich et a tué son mari. Ces exemples sont le fait de certains hommes de Dieu de l’Ancien Testament. Nous qui sommes dans le temps de grâce, Dieu nous prévient d’avance.


Le contexte de ce passage de l’Apocalypse se situe dans le temps du début de l’Eglise, à ces moments, la ferveur de la foi était très grande. Mais par suite du temps qui s’écoule, cette ferveur s’est réduite.Notre monde présent veut vivre sans Dieu. La conséquence est qu’elle se détruit ainsi. L’assoupissement nous guette. Et pour y remédier, le Seigneur nous exhorte.


La parabole des dix vierges de l’évangile de saint Matthieu en est un, Mt 25.1-13. Le Seigneur veut que nous veillions et que nous soyons constants.


Un autre élément qui nous menace est la compromission avec le péché. Le père ne fait pas allusion à notre faiblesse humaine mais oriente son propos vers le fait que nous prenons bien souvent plaisirs à demeurer dans le péché, dans une vie qui ne plait pas à Dieu et cela même en dépit de quelques postes que nous occupons ou ayant occupés dans l’Eglise.


Ce qui est déplorable aussi est le fait qu’ayant servi le Seigneur Jésus-Christ avec grand zèle, on devienne tiède et souvent même rétrogrades.


Afin d’éviter ces choses, il nous faut par moment marquer des temps d’arrêt pour un examen de conscience approfondi. Le Seigneur ne nous condamne pas. Mais il nous tend la main pour nous sauver. Il nous faut quitter cet état de vie. Sa grâce nous suffit pour cela pour nous permettre d’être debout. Il nous faut donc retrouver le chemin de l’évangile et rejeter l’esprit de ce monde. Marchons à contrecourant de la pensée mondaine. Dieu est avec nous pour nous sauver.


Ainsi le père fini son propos par une prière pour que la grâce du Seigneur nous aide.


Reccueilli par Théophile KAKABIEGO.




Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?