-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Veille sur ton âme plus que toute chose



mercredi 4 mars 2015, par Gabriel Alexandre Wendzoodo




Le quatrième et le dernier jour du séminaire sur la guérison intérieure


Le message a été délivré par le frère Jacques Badini sur le thème : 3 Jean 1, 2 : « Très cher, je souhaite que tu te portes bien sous tous les rapports et que ton corps soit en aussi bonne santé que ton âme ».


C’est par la parabole du bon samaritain que je voudrais commencer. Nous sommes un peu cet homme restauré. Il y’a deux comportements que cet homme inspire : soit mettre en garde toute personne de prendre ce chemin ou plutôt celle de la révélation qui consiste à sécuriser le chemin pour éviter qu’il ait d’autres blessés. C’est essentiellement ce que nous allons faire ce soir.


Ce soir mon souhait est que notre âme prospère, ce qui consiste à prendre un chemin de croissance.


Beaucoup sont blessés parce qu’ils sont restés des enfants. Alors que l’enfant est le symbole de la fragilité.


Luc 8, 5 : "Le semeur est sorti pour semer sa semence. Et comme il semait, une partie du grain est tombée au bord du chemin ; elle a été foulée aux pieds et les oiseaux du ciel ont tout mangé ».


Nous commençons notre vie Chrétienne par une naissance et si nous restons à cet état, nous serons foulés aux pieds. Cette graine doit se comporter autrement comme en Matthieu 13,31-32 : « Il leur proposa une autre parabole : "Le Royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est bien la plus petite de toutes les graines, mais, quand il a poussé, c’est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre, au point que les oiseaux du ciel viennent s’abriter dans ses branches. »


Les oiseaux sont le symbolisme de l’ennemie qui veut empêcher la croissance. Nous ne devons pas nous battre avec nos ennemies, celui qui est venus te blesser, parce qu’ils sont pour toi une prophétie. Psaumes 23.


Cette graine qui a failli être mangée par les oiseaux, est tombée dans un lieu sécurisé et donne un feuillage qui ne sèche pas (Psaumes 1,3). Notre problème est de chercher à croitre à toutes les dimensions sauf pour notre âme. Nous ne grandissons pas parce que nous sommes des « bébés choyés ».


Plutôt de chercher à grandir on s’attache les neuvaines et les prières de nouveaux saints. Avant d’invoquer un Saint, le minimum est de chercher à en savoir un plus sur sa vie au risque d’invoquer un Saint qui n’existe pas. Il est temps de quitter le berceau pour prendre des risques.


Jésus dit que ce qu’il attend de nous c’est que nous portions du fruit qui demeure. Et pour porter du fruit il faut être un arbre. Nous avons plus besoin de grandir que de miracles, car le premier conditionne le second. Si tu commences à grandir et que cet endroit tient compte des plus faibles alors tu grandiras.


Quand on parle de maturité, ce n’est pas tes actions religieuses qui comptent, mais tes réactions.


Hébreux 6, 1 : être comme Christ, ce n’est pas la démarche sainte ou les grandes prières mais avoir le caractère de Christ.


Ephésiens 4, 12-13 : c’est notre cœur qui montre qu’on a vraiment changé et qu’on est né de nouveau, et c’est là que la croissance a un sens.


C’est le problème essentiel : sommes-nous vraiment nés de nouveau ? Y a-t-il eu un soir et un matin dans ta vie ? Ce n’est pas de venir aux prières ou d’être dans un ministère.


Romains 12,2 : « Et ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait. »


Emprunter le nouveau chemin, c’est aussi changer de mentalité, c’est être transformé dans la façon de juger les autres ou la parole de Dieu. La parole de Dieu n’est pas une opinion mais la vérité proclamée. C’est enfin avoir un discernement qui consiste à faire le tri de sorte à connaitre la volonté de Dieu bonne, agréable et parfaite.


La semence que Dieu nous a donnée doit être sécurisée afin de croitre et d’être productif. Dans la Bible on voit un peu les étapes de la vie de Jésus : l’enfance de Jésus, l’adolescence de Jésus et l’âge adulte où le Saint Esprit agissait puissamment dans sa vie. Pour cela il a grandi dans un environnement favorable et sécurisé : « la sainte Famille de Nazareth ».


Pour grandir, il faut accepter sa petitesse, car on n’a d’ailleurs pas besoin de démontrer qu’on est grand, ça saute à l’œil.


Alors élargis l’espace de ta tente. Arrête de proclamer la grandeur de ton problème devant Dieu mais plutôt la grandeur de Dieu à ton problème.


1 Pierre 2,2 : « Comme des enfants nouveau-nés désirez le lait non frelaté de la parole, afin que, par lui, vous croissiez pour le salut »


Attention à ce que nous consommons. Faisons attention à ce que nous proclamons en tant que prédicateurs parce qu’on peut servir du lait frelaté.


N’acceptons pas tous les enseignements, surtout si ils ne sont pas connectés à la source : l’enseignement de l’Eglise.


Je termine par Galates 5, 22 : « Mais le fruit de l’Esprit est charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, »


Les blessures sont dues au fait que nous n’avons pas le fruit de l’Esprit. Quand nous allons grandir, nous allons voir le fruit de l’Esprit dans notre vie. Et c’est le Saint Esprit qui met le fruit en nous. Si le Christ est passé par le moule de la Vierge Marie pour prendre forme, alors nous avons aussi besoin d’elle pour y arriver.




Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?