-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Commentaire des textes liturgiques du dimanche 08 mars 2015 : " soyons des acteurs engagés pour une vraie conversion et des pierres vivantes pour l’édification de l’église"



dimanche 8 mars 2015




3ème Dimanche de Carême.

1ère lecture (Exode 20.1-17) : les dix commandements


Dieu a gravé les dix commandements sur des tablettes de pierre pour le peuple d’Israël. La loi nous a été donnée par Moïse mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus (Jean 1.17).


Il est venu nous montrer notre impuissance face au péché et en même temps apporté une solution. Cette solution vient de Jésus lui-même mort et ressuscité et que par son sang versé nos péchés sont pardonnés pour quiconque croit.


Jésus n’est pas venu pour supprimer la loi mais pour lui donner tout son sens. Le seigneur à travers le peuple d’Israël veut réconcilier l’humanité avec lui-même, un choix qu’il a porté de par sa propre souveraineté pour sauver le reste du monde. Il éduque son peuple au fil du temps par ses envoyés les prophètes.


Après avoir à maintes fois parlé par ses serviteurs les prophètes, Dieu nous parle aujourd’hui à travers la bonne nouvelle de Jésus Christ (Hébreux 1.1-2).


Aujourd’hui ceux qui vivent selon l’Esprit de Dieu et qui témoignent de la Parole sont également ses disciples. Le bon citoyen n’est pas sauvé par ses bonnes actions ; en tout cas la Parole de Dieu ne nous dit pas que nous serons sauvés par nos œuvres mais par la foi en Dieu qui produit des fruits appréciables par tous.

Celui qui pense que c’est en respectant une quelconque loi de la société qui peut le sauver se trompe parce que ses règles ne sont que des purs produits imparfaits de l’homme. Psaume 18 : Dieu vient au secours à ceux qui restent fidèles à ses lois.


Les lois du Seigneur ne sont pas dures à respecter car tout enfant de Dieu est vainqueur du monde. Et le moyen de remporter la victoire c’est notre foi (1 Jean 5.3-4).


Et nous connaissons ses commandements. C’est de nous aimer sincèrement les uns les autres comme Christ nous a aimés.


Qui est vainqueur du péché ? Seul celui qui croit que Jésus Christ est le Fils de Dieu.


Quoiqu’on dise nous avons tous un ennemi commun, c’est le péché. Qui croit en Christ vaincra le péché et reconnaitra qu’il est son Sauveur personnel.


2ème lecture (1 Corinthiens 1.22-25) : que recherchons-nous en Dieu ?


Les juifs demandent des miracles, les grecs la sagesse. Que demandons-nous à Dieu aujourd’hui ? Ce sont : diplômes, concours, travail, mariage, promotion, des biens matériels et financiers…


Nous ne pensons qu’à nous même, qu’à notre intérêt légitime mais à la fois égoïste. Sinon pourquoi demander à Dieu toutes ses choses et ne pas lui demander ce qu’il attend de nous ?


Si toutefois il nous dit ce qu’il attend de nous, nous empruntons un chemin différent et nous nous étonnons que la bénédiction ne s’étende pas sur tous les aspects de votre vie.


Le Seigneur nous invite à rechercher d’abord le royaume des cieux et sa justice et tout ce que nous désirons sera comme un bonus. Car à quoi bon rechercher des biens éphémères si nous compromettons notre ciel sur terre.


Dans notre transition la grande frange de la société au Burkina qui a le plus mal, c’est sans doute la jeunesse qui attend beaucoup du gouvernement qui sera mis en place en Octobre 2015.


Ce Dieu qui nous a fait traverser ses moments difficiles de notre histoire nous fera certainement sortir de ces imbroglios sociaux politiques.


Évangile (Jean 2.13-25) : « Détruisez ce temple et je le reconstruirai en trois jours »


Jésus face aux marchands qui faisaient allègrement leur commerce dans la cour du temple. Cette pratique était scandaleuse parce qu’ils ont utilisés la maison comme un lieu de trafic où chacun viens pour des affaires plutôt qu’un lieu de culte.


Des boutiques commence à quadriller les clôtures extérieurs de nos églises si nous ne prenions garde nous ne serions comment ces boutiques franchirons les clôtures de la cour de l’église.


Comme dans la deuxième lecture l’évangile revient sur les signes miraculeux. Voici que ceux qui ont été chassés du temple demande des signes miraculeux démontrant que Jésus a été envoyé par Dieu. Malgré tous les signes que Jésus a eu à faire, ils trouvaient cela insuffisant pour croire. Un miracle pour ces gens de cette génération ne serait qu’un miracle de plus pour ses détracteurs. Il ne voyait en eux qu’un public à la recherche du sensationnel.


Combien de chrétiens passent leur temps à courir derrière les miracles ? Le constat est que cela ne les aide pas à grandir dans la foi mais les entraine à demeurer des bébés spirituels. Nous pouvons passer cette étape de chrétiens consommateurs au stade de chrétiens producteurs si nous prenons la bonne résolution.


En ce temps de carême marqué par la prière, le jeûne et la charité soyons des acteurs engagés pour une vraie conversion et des pierres vivantes pour l’édification de l’église. Demandons à Dieu de nous extirper des œuvres de ce monde, de nos occupations malsaines, de nos fréquentations obscures, de nos relations incertaines.


Prions pour nos familles qui traversent d’énormes difficultés. N’oublions pas que nous sommes dans une période de transition et que nos prières doivent être axées sur les difficultés que vit la transition pour une sortie honorable de la lutte à laquelle nous nous sommes engagés.


Arnaud PARKOUDA




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document