-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Message du deuxième jour de la campagne 2015


Paroisse Saint Albert le Grand


dimanche 26 avril 2015



C’est l’heure du message dont le thème est : « Va donc crier ces paroles du côté du Nord ; tu diras : Reviens, rebelle Israël, oracle de Yahvé. Je n’aurai plus pour vous un visage sévère, car je suis miséricordieux - oracle de Yahvé - je ne garde pas toujours ma rancune. Reconnais seulement ta faute : tu t’es révoltée contre Yahvé ton Dieu, tu as couru en tous sens vers les Étrangers, sous tout arbre vert, et vous n’avez pas écouté ma voix, oracle de Yahvé ». Jérémie 3, 12-13.


JPEG - 15.1 ko
frère BONKOUNGOU Michel

Dans son message, le frère Michel BONKOUNGOU a invité son auditoire à jeter un regard sur ce qui se passe dans le monde. Partout le péché est légalisé et est devenu la norme. Si en Europe voir deux hommes vivre ensemble n’est pas un problème, en Afrique la vie en concubinage est tolérée et des maux tels la corruption, le désir de gain au détriment de la vie sociale et l’infidélité sont devenus la norme.


Le frère a ajouté que malgré tout l’Eglise, au nom de Dieu, ne condamne pas mais invite à venir à la miséricorde de Dieu. C’est le moment de se laisser toucher par la miséricorde de Dieu car l’heure vient où elle laissera place à la justice et chacun sera jugé selon ses œuvres.


Le frère a renchérit en indiquant que pour venir à la miséricorde de Dieu, il ne faut pas vivre comme le monde présent, mais être renouvelés dans nos pensées par le Saint Esprit. En plus d’effacer nos péchés, Dieu veut détruire tous ce qui est consacré au péché, toutes les sources. Afin que nous retombions plus dans nos villes habitudes. La miséricorde de Dieu est disponible pour guérir nos corps malades et nous libérer de nos prisons. Soit nous appartenons au monde ou nous appartenons à Dieu. L’appel pressant du Seigneur le voici : « reviens à moi, écoute ma voix, je veux inonder ton cœur par ma miséricorde ».


Le frère a conclu en insistant sur le fait qu’il est vrai qu’au temps de Moïse, Dieu ne pouvait pas être vu mais en Jésus ce Dieu invisible et éloigné est venu à nous. Comme il était dans les rues de Jérusalem et qu’il a été touché d’une manière particulière par la femme, c’est ainsi que nous devons le toucher si nous voulons connaître un changement dans notre vie.




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document