-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Les miracles Preuve de l’amour de Dieu pour l’Homme



mercredi 17 juin 2015, par KABORE Evariste




« Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent, la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres ». Lc 22,7


Une lecture parallèle de l’évangile de saint Matthieu nous permet de comprendre que lorsque Jean-Baptiste envoyait ses disciples vers Jésus pour l’interroger, il se trouvait lui-même emprisonné par Hérode parce qu’il avait osé critiquer le fait qu’il s’était mis avec Hérodiade, la femme de son frère Philippe.


A cause de cela, Hérode vouait au prophète dérangeur une haine mortelle. Depuis près d’un an qu’il est en prison, Jean-Baptiste a eu vent de ce qui se disait à propos de Jésus. Certes, il connaissait Jésus. Leur première rencontre s’était faite de façon surnaturelle lorsque Marie, la mère de Jésus était venue rendre visite à Elizabeth sa mère. Il se souvenait sans doute de ce qui s’est passé lorsque Jésus était venu à lui dans le Jourdain pour se faire baptiser. Il se souvient comment Dieu avait de façon surnaturelle confirmé l’identité et la mission de Jésus. Mais le voici en prison, lui, le précurseur, la voix qui crie dans le désert, celui qui venait pour préparer les sentiers du Sauveur, lui Jean, habitué à la liberté des déserts dès son jeune âge, se trouve confiné entre ces quatre murs de pierres.


1.Jean-Baptiste était en proie au doute


Il semble qu’il est en proie au doute et au découragement. Ses disciples lui rapportent toutes les œuvres accomplies, en particulier, la résurrection du fils unique de la veuve de Naïn. Jean voulait en avoir le cœur net. S’agit-il de rumeurs, se pourrait-il qu’il soit vraiment le Messie après tout ce qu’il entend dire de lui ? En effet, Jésus va dans des repas, il raconte d’étranges histoires, il a des fréquentations douteuses. Se pourrait-il que malgré cela il soit le Messie ? Le Christ ? Celui qui apportera la paix ? Celui qui jugera avec justice ? Celui qu’ont annoncé tant de prophètes et notamment le prophète Isaïe ? Jean se pose tellement ces questions C’est peut-être aussi pour ses disciples qui doutent - qu’il envoie ceux-ci poser la question directement à Jésus : « Toi, es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »


2.Jésus passe à l’action


La réponse de Jésus est étrange. Il ne dit pas : « C’est moi ! ». Il passe à l’action. Saint Luc nous indique qu’à l’heure même, il se mit à guérir des malades et à opérer des délivrances. Ensuite il les invite à constater par eux même et à rapporter ces choses à Jean. Il associe ses interlocuteurs. Il les invite à entendre et à voir .En effet, Jésus va plus loin. Il les oblige non seulement à entendre et voir ce qu’il accomplit comme gestes, mais aussi à faire le lien avec les Écritures, avec les Prophètes. Les Juifs de l’époque connaissent Isaïe, et notamment ce passage :
« Alors les yeux des aveugles verront et les oreilles des sourds s’ouvriront.
Alors le boiteux bondira comme un cerf et la bouche du muet criera de joie ». (Isaïe 35,5 - 6)
. Si bien que lorsque Jésus dit : « Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent ». les disciples de Jean peuvent comprendre d’eux-mêmes qui est vraiment Jésus. Il est celui qui agit comme Isaïe l’a dit. Ce qu’il fait peut conduire à confesser qui il est. Jésus les invite à être sensibles aux signes des temps. À reconnaitre que Dieu est à l’œuvre maintenant, et que la mission du salut est entamée.


Jean n’avait peut-être pas bien compris le sens des prophéties. Il pensait peut-être comme ses contemporains à un Messie vengeur, un leader politique, un chef de guerre qui libérerait son peuple du joug de l’oppresseur... Mais le seigneur le ramène à considérer les Ecritures à nouveau et à comprendre le plan de Dieu. Non ! Jean ne s’est pas du tout trompé. Jésus est vraiment le Messie.


3.Que signifient les miracles ?


Mais pourquoi Dieu choisit-il de révéler l’identité du Messie à travers des miracles ? Que signifient les miracles ? Ils sont tout simplement la preuve de la présence réelle de Dieu parmi son peuple. Les miracles sont la preuve de sa proximité, de sa sensibilité face à la souffrance des hommes. Le prophète Isaïe parlait d’un messie qui se chargerait de nos maladies. .. Les miracles sont la preuve de l’amour de Dieu et de sa profonde compassion pour les Hommes. Ils sont également les preuves de la puissance et de la seigneurie de Jésus Christ.


Les miracles nous enseignent des vérités au sujet de Jésus et de sa mission. A l’occasion de chaque miracle Jésus enseignait et se révélait.
Il s’évertuait à amener les hommes à saisir le sens profond de ses œuvres. C’est ainsi que lorsqu’il a guérit l’aveugle, il déclara qu’il était la lumière du monde. Quand il multiplia le pain, il dit qu’il était le pain vivant descendu du ciel, à la résurrection de
Lazare, il dit qu’il est la résurrection et la vie. Dieu, au-delà des manifestations physiques de puissance, veut nous faire découvrir le sens et la portée du salut qu’il nous offre au travers de son fils. C’est un salut complet qui touche nos corps et s’étend à l’âme. Jésus n’a pas changé. Il est le même hier aujourd’hui et éternellement. Il est vivant au milieu de nous, compatissant à nos souffrances, prêt à nous toucher si nous lui ouvrons nos cœurs. Sa divine puissance est à la disposition de ceux qui croient.


Article de Evariste KABORE paru dans le journal écrit du Buisson Ardent, Le Flambeau N°27 du 25 Avril au 1er Juin 2015



Messages


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document