-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Or on sait bien tout ce que produit la chair et je vous préviens, comme je l’ai déjà fait, que ceux qui commettent ces fautes-là n’hériteront pas du Royaume de Dieu. Galates 5, 19-21


2e enseignement du module sur la sanctification


mardi 14 juillet 2015, par Yameogo Mathias



Cette exhortation a été livrée par le frère ZOROME Thibaut, membre du Buisson Ardent ce vendredi 10 juillet 2015. Nous vous proposons quelques points forts de son exhortation.


Cet enseignement fait suite à l’enseignement qui a été donné la semaine dernière sur le module de la sanctification.


Le contexte du texte


Il s’agit d’une lettre adressé par St Paul aux Galates. Des personnes qui ont reçus la parole de Dieu et le Christ. Ce que nous attendons là n’est pas très intéressant comme parole mais ça reste la bonne nouvelle. Quand on parle de bénédiction ou plutôt de malédiction, de miel ou de vipère c’est la bonne nouvelle.
La Galatie était à l’époque une province Romaine et actuellement c’est l’emplacement de la Turquie actuelle qui est un pays à majoritairement Musulman. Où est donc est passé l’évangile que Paul a si bien annoncé ? Eh bien c’est parce que les chrétiens sont tièdes que ceci arrive.


Paul parle des conditions du royaume de Dieu


Notre salut est en jeu ici. Jésus a inauguré son message en parlant du royaume de Dieu. Notre salut est le but de notre vie chrétienne, il s’agit de parvenir dans le royaume de Dieu. L’apôtre Pierre avait raison de demander au Seigneur le sort de tous ceux qui ont tout laissé. Parce que si nous évangélisions chaque jour et que nous n’accédions pas au royaume de Dieu, alors notre évangélisation n’a pas d’importance. Voyez dans le livre de Mathieu le Seigneur met l’accent sur le royaume : « Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît » (Matthieu 6, 33). Et même quand il guérissait les malades, il insistait sur le fait qu’ils sont sauvés. Le plus important pour toi et pour moi, c’est d’être sauvé. Même si nous évangélisions jusqu’à Rome et que ce passage de Mathieu n’est pas vrai dans notre vie, notre évangélisation sera vaine.


Paul parle de la liberté Chrétienne


La liberté chrétienne selon Paul est la vie de sanctification. Le royaume de Dieu consiste à rencontrer Dieu lui-même, à mener une vie de sanctification. Paul est bien obligé de revenir sur quelque chose que les Chrétiens savent déjà. Il ne s’agit pas d’écouter la parole mais de l’accepter. Quelqu’un s’est mis a exalté le Seigneur en béatifiant la mère de Jésus mais Jésus a répondu que le plus heureux est celui qui écoute la parole et la met en pratique. Comme à Adam, le Seigneur te pose la question : « où es-tu ? ». Nous sommes enfant de Dieu et ceux-ci sont libres selon Paul : « C’est pour que nous restions libres que le Christ nous a libérés. Donc tenez bon et ne vous remettez pas sous le joug de l’esclavage ». (Galates 5, 1). Il ne s’agit pas de libertinage mais d’une liberté dans l’Esprit. A tant qu’enfant de Dieu nous devons nous focaliser sur l’écoute de l’Esprit Saint car c’est lui qui nous donne de faire la volonté de Dieu.


Ce que sait que la sanctification


Hébreux 12,14 : Recherchez la paix avec tous, et la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur ;
La sanctification, c’est la séparation pour Dieu, c’est la mise à part pour Dieu. Le caractère fondamental de ce qui est appelé pour le service de Dieu, c’est la sanctification. La finalité du Chrétien est de mener une vie de sanctification. Quelle est donc notre état de sanctification ? Quelle est notre relation avec le Seigneur ? Est-elle vraie ou superficielle ? C’est un traitement perpétuel, ce n’est pas une œuvre du jour au lendemain. Il est important pour toi et moi de réviser notre relation avec le Seigneur. Notre position dans l’Eglise, notre ministère ou ce que nous faisons ne justifie pas notre état de sanctification. Quand il y a canonisation, on ne regarde pas d’abord les miracles de la personne mais son témoignage de vie. Quand on parle de Christianisme, on parle d’une relation, d’une intimité avec le Seigneur lui-même.


Que notre Oui soit Oui !


« Mais avant tout, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, n’usez d’aucun autre serment. Que votre oui soit oui, que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement ». Jacques 5, 12
Le jeune homme riche de l’évangile a été honnête avec le Seigneur il n‘était pas prêt à se détacher mais nous nous disons oui dans la masse mais quand nous sommes dans une autre situation que faisons-nous ? Que notre oui ou notre non soit sincère.

Quelle est notre action à l’égard de notre frère et de notre sœur qui est dans une situation de faiblesse ?

Quel sort réservons-nous au frère et à la sœur qui est faible ? Qui a chuté ? Il ne s’agit pas de cautionner le péché mais essayons d’être un peu souple. Parce que quand ça arrive c’est parce que chacun de nous avions fauté quelque part. Peut-être que tu pouvais l’exhorter et tu ne l’as pas fait.


Les œuvres de la chair


On parle de fornication, impureté, débauche. Le frère avait abordé l’aspect du corps qui doit être consacré à Dieu la semaine dernière et dans le catéchisme de l’Eglise il est écrit que chacun doit rendre compte avec son corps au jugement dernier. C’est donc avec le corps qu’on doit rendre compte. A chacun de voir ce qu’il fait avec son corps parce qu’il devra s’expliquer devant le Seigneur. Aujourd’hui tout ce qui nous est présenté est piégé. Que ce soit les panneaux publicitaires des images. En tant que Chrétiens nous devons être déterminés dans notre foi. C’est vrai que le monde ne nous fait pas cadeau mais et nous-mêmes qu’est-ce qu’il y a dans nos ordinateurs et portables ? Est-ce que cela ne contribue pas à notre souillure. La question que je me pose souvent c’est : est-ce que si Christ était à notre époque, il regarderait ces choses que nous aimons suivre ?
On parle de haines, discorde, jalousie, emportements, disputes, dissensions, scission.
Il est dit en 1 Jean 3, 15 : « Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui ».
Le meurtrier n’est donc pas seulement celui qui a une arme et abat son frère mais celui qui hait son frère. Alors ne sommes-nous pas meurtrier quelques fois ? Surtout lorsque nous sommes aigris devant la bénédiction de l’autre. La source fait-elle jaillir par la même ouverture le doux et l’amer ? (Jacques 3, 11)
On parle d’orgies et ripailles. C’est ce que le Seigneur a dit lorsqu’il affirme que le royaume des cieux n’est pas une question de nourriture et de boisson mais de vie dans l’Esprit. Attention aux excès et à la gourmandise surtout pendant les fêtes comme les mariages où pendant que d’autres n’ont pas eu à manger certains emportent de la nourriture chez eux.


Les moyens de sanctification


Paul nous les livre à la suite en citant les œuvres de l’Esprit. Et les moyens de sanctification.
Ce sont les sacrements que l’Eglise nous donne : la pénitence, l’Eucharistie, c’est aussi les œuvres d’Amour comme le dit St Pierre : « Avant tout, conservez entre vous une grande charité, car la charité couvre une multitude de péchés ». (1 Pierre 4, 8).
Pour terminer j’aimerais revenir sur ce que j’ai déjà dit : quelle est notre action à l’égard de notre frère et de notre sœur qui est dans une situation de faiblesse ?
Que toute la gloire revienne au Seigneur !


frère ZOROME Thibaut




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document