-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Enseignement sur la grâce de Dieu.



mardi 28 juillet 2015, par OUEDRAOGO Tiraogo Rodrigue



Exhortation du vendredi 24/07/2015. Thème développé par le responsable du ministère compassion du nom de PARE Henry Joël.


Cet enseignement fait suite à un module développé sur la sanctification. Le peuple de Dieu, après avoir passé un temps de sanctification, attend la grâce de Dieu pour aller au large. D’où vient le thème de cette exhortation tiré de 2 Cor 12, 9 "mais il m’a dit : “Ma grâce te suffit, c’est dans la faiblesse que la puissance donne toute sa mesure.”
Aussi je me sens bien plus assuré dans mes faiblesses, car alors je suis couvert par la force du Christ
". Ce thème développé par le responsable du ministère compassion du nom de PARE Henry Joël a d’abord fait recours à la très Sainte Vierge Marie en prenant l’acte de consécration à Marie de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort.


"Je te choisis, aujourd’hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et ma Reine. Je te livre et consacre, en toute soumission et amour, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, te laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon ton bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité. Amen."


Avant de rentrer au plus profond du thème, le frère a rappelé qu’il s’agissait d’une allégresse pour chacun de répondre au rendez-vous au créateur de toute chose (de l’univers). En parlant du thème, le frère dit ceci :"ceux qui pensent qu’avec la résurrection de Jésus la victoire sur le malin a été définitive et que le démon ne peut plus nuire aux hommes se trompent lourdement" ; jusqu’au retour du Christ, le diable a obtenu de Dieu la liberté de nuire, le pouvoir de cohorter, de détourner l’homme du salut et de buter sur le chemin de la perdition éternelle. Il remonte en 2 Cor 12, 7 " Et pour que je ne me crois pas supérieur après de telles révélations, une épine a été plantée dans ma chair, un messager de Satan dont les gifles me gardent de tout orgueil" pour montrer à quel point l’apôtre assombrit dans son âme malgré qu’il est véritablement estimé de tout avec son ministère et que cette personne se trouve souffrir pour une question délivrance. Il en est de même que la vie de certains Saints tels que le Curé d’Ars qui était accroit d’une manière perpétuelle aux attaques du diable ; qui est une souffrance pour l’œuvre de Dieu.


Notre Dieu est un Dieu vivant. Lorsque Paul assombrit dans son âme, il a lancé un cri et la réponse à son cri, le Seigneur lui a simplement dit : ma grâce te suffit. Pour la bienheureuse Josepha, le Seigneur lui dit ceci : A propos du démon, "il est comme un chef-lieu et il est enchaîné c’est-à-dire qu’il n’a qu’une certaine liberté. Il peut te tourmenter mais non te nuire. Qui donc que lui ou de moi est le plus puissant ?"


Il faut comprendre que quand l’apôtre dit " je me glorifie dans ma faiblesse" ce n’est pas "je me glorifie dans ma vie de péché". En "Ph 3, 18-19 : Car il y en a, je vous l’ai souvent dit et je le répète avec larmes, qui vivent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont à leur perte car ils ont pour dieu leur ventre ; pour eux, seul compte ce qui est de la terre, et ils se vantent quand ils devraient avoir honte". L’apôtre ne réconforte pas le pécheur impénitent car toute personne qui connait son péché et refuse de poser des actes de pénitences et qui veut prétendre utiliser cette parole de l’apôtre, la personne est en train de se perdre où selon Esaïe a dit "une personne qui prend la lumière pour les ténèbres ou le bien pour le mal, il y a une malédiction sur elle". Le Seigneur disait à une sainte : "il faut que tu sois misérable et que je sois riche et par ma richesse je t’enrichir." Une position humaine qui n’est ni un obstacle à la manifestation de la puissance de Dieu.


Les points qui suivent sont des points que j’ai nommé les points d’appuis de la manifestation de la grâce de Dieu dans nos vies.
Comprenons que la grâce n’est pas une chose identifiable, quantifiable et détectable par des appareils mais :
1) la foi et la confiance en Dieu. Et cette foi n’est pas une confiance subjective mais plutôt l’accueil que se donne à Dieu.
2) les sacrements qui ne sont rien d’autres que l’action du Christ qui tient sa promesse sans que rien ne puise s’abstenir à l’échec. Par exemple le sacrement de la réconciliation nous libère de vagabondage spirituel. Il nous donne la guérison du corps et de l’âme.
3) les signes, les fruits de la grâce qui sont entre nous et nous les manifestons chaque jour.


La grâce qui a retourné Saint Paul et lui a permis l’acceptation de sa souffrance de même que certains saints. La grâce leurs a permis de supporter leur état de personne car cette grâce nous aide à accepter notre handicap physique et morale. Même s’il ne guérit pas au sens strict, elle met en notre cœur la paix et l’abandon et nous fait vivre de cette souffrance à un niveau supérieur. La grâce a un autre niveau divin comme montre Sainte Faustine que Dieu est tout proche de l’âme qui souffre. Sont beaux les hymnes des âmes souffrant. Le cas de Saint Paul dans la prison n’a cessé d’écrire des lettres.


Toutes ces choses font que le Diable amène beaucoup d’âmes en enfer. Arrêtons de courir. Arrêtons un temps soi peut pour savoir que Dieu est Dieu. Notre créateur nous connait bien de même que nos besoins. Acceptons cette nouvelle vie que le Christ nous a apporté et vivons la pleinement. Laissons de trimballer nos fardeaux comme des bébés et prendre la croix du Christ. Une chose est d’arrêter aussi le maraboutage spirituel le fait d’aller de prière en prière ou homme de Dieu en croyant que c’est la recherche de Dieu or juste nos besoins personnels.


Au cours de ce temps, le prédicateur exhorte le peuple de se méfier le cartilage mou qui ne remplit aucun rôle de soutien. Ne pas sous-estimer le corps humain car l’âme devient meilleur en se mortifiant par la fin et la soif et que le jeûne allège le corps et le prépare à la résurrection . Appuis toi de ce qui est solide car cette parole de l’évangile te concerne ce soir :"lève toit et marche". Sainte Thérèse disait qu’avec l’amour elle marche mais aussi elle s’envole. Pour cela il est temps pour les anciens membres de s’envoler, se libérer des ailes de plomb que les souffrances les ont apportés.


La vie chrétienne est toujours en constructive, traversant la grande voie qui est la pâques, le passage. Au lieu de pencher l’âme en pensant à la première conversion, fais valoir de ton trésor souder. Ôtes les linges qui t’enveloppent et ne t’attaches pas à tes anciennes gloires.


Peuple du Buisson Ardent, ayons soif de la plénitude de Dieu. La parole du pape François nous interpelle en ce soir : Je vois avec clarté que la chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le cœur des fidèles, la proximité, la convivialité.Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille. Soignons alors les blessures en nous et autour de nous.




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document