-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-

Nuit d’adoration et de louange à la paroisse Saint Albert le Grand de la Rotonde


10 Décembre 2015, en la veille du 55ème anniversaire de l’accession du Burkina Faso à la souveraineté internationale.



vendredi 11 décembre 2015, par Joseph Akoutou



Mini veillée d’adoration et de louange du Buisson Ardent, à la Paroisse Saint Albert Le Grand de la Rotonde, pour rendre grâce à Dieu et porter la Nation en prière.
Cette soirée d’adoration organisée chaque année, à l’occasion de la commémoration de l’accession du Burkina Faso à la souveraineté, par le Buisson Ardent de L’UO vise à prier pour la Nation. La présente édition qui a connu la participation de tous les ministères du Buisson Ardents et de quelques autres fidèles se tient dans un contexte particulier vu que le pays a connu un des moments troubles de son histoire et secouru in extrémiste et miraculeusement par le Seigneur.


C’est sur une note mariale qu’a débuté, aux environs de 18h30, la soirée de prière pour la Nation. Ainsi, la méditation des mystères lumineux, dirigés par le ministère louange et adoration du Buisson Ardent, a initié le clap de départ spirituel de la soirée pour associer Marie à la prière en faveur de la Nation.


Messe à l’issu du chapelet


A l’issu du chapelet, s’est enchainée la messe de la soirée célébrée par le Curé, l’Abbé Christian SORGHO. Les textes de la liturgie de la messe sont extraits du livre d’Isaïe et de l’Evangile selon Saint Mathieu. L’homélie s’est appesantit sur l’Evangile.


Dans son adresse à l’assemblée le père a présenté la figure de Jean Baptiste puisque c’est de lui qu’il est question dans l’Evangile lu, comme modèle de disciple qui fait violence sur lui-même. Cette violence n’est pas celle des coups de poing, de matraque mais effort pour chercher la voie du salut. « Jean Baptiste a reçu du Christ lui-même le témoignage d’homme qui recherche Dieu et l’Eglise lui rend ce même témoignage » a laissé entendre le père avant d’ajouter que à compter de ce jour jusqu’au 17 décembre temps fort de l’avent, l’Eglise va méditer la vie de Jean Baptiste avant de convier le peuple à prendre exemple sur Jean Baptiste pour lutter contre les mauvaises habitudes et préparer convenablement la rencontre avec le Seigneur qui vient.


La louange au Dieu de gloire et des grâces


La messe une fois terminée, après un moment de priere de mise en présence, le ministère louange et adoration a fait vivre un temps époustouflant de louange à l’assemblée. Complètement transporté par la louange, les pas de danses et les chants très relevés ont permis d’acclamer le Roi des rois pour ses incommensurables bienfaits dans la vie de chacun et de la Nation. Toute chose démontrant la reconnaissance du peuple et son attachement du peuple à Jésus.


La parole délivrée au cours de la soirée


S’appuyant sur le thème Ephésiens 3,20-21, le prédicateur BAZIE Thierry Marie Simplice, ancien Berger du Buisson Ardent, a présenté son enseignement. Dans ses propos liminaire, il a souhaité aux participants de la veillée d’y sortir transformés et a présenté le Christ comme révolutionnaire, un révolutionnaire pacifique sans arme qu’il propose d’imiter.


S’agissant de la référence qui a servi de fil directeur de l’enseignement, le frère a affirmé que le texte est de Saint Paul et écrit depuis sa prison où il était tenu en captivité. Preuve que la Parole de Dieu ne peut être enchainée.


Le thème de cet écrit de Saint Paul est l’unité voulue par Dieu pour son peuple, sans distinction entre juif et non juif. A cet effet, Saint Paul nous convie à reconnaître l’amour de Dieu manifesté à nous de moult manière. Dans ce sens, les dérives que le Seigneur a évitées au pays lors des événements troubles qu’a connu le Burkina Faso sont motifs d’action de grâce.


En outre, le frère a exhorté le peuple à l’amour de la patrie et a souhaité qu’à l’instar du peuple d’Israël qui avait érigé un autel pour garder vive en mémoire les merveilles du Seigneur après sa délivrance de l’esclavage, les Burkinabés gardent en mémoire aussi les merveilles de Dieu pour la Nation.


Par ailleurs, le prédicateur a fustigé certains comportements d’intellectuels qui méprisent la Parole de Dieu errant dans les misérables pratiques de « wak », de même que des attitudes peu citoyennes, avant d’inviter à l’humilité quel qu’en soit la position sociale tenue. Il a terminé ses propos par le rappel du message des évêques du Burkina en date du 14 janvier qui invitait les fils de filles de l’Eglise et toutes personnes de bonne volonté à œuvrer pour la paix.


La parole a été suivie de la grande adoration Eucharistique occasion pour le peuple d’exprimer à Jésus que plus jamais le Burkina Faso ne fera un pas sans lui qui est son Roi. La soirée s’est terminée par une action de grâce faite de chant et d’acclamation qui exalte la grandeur du Seigneur Jésus.




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document