-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-

SEMAINE DU BUISSON ARDENT


Mt 11-12 : "Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent le Royaume des Cieux souffre violence des violents s’en emparent"



vendredi 19 février 2016, par Joseph Akoutou



Au sixième jour 05 Février 2016 : la sixième soirée du Buisson Ardent est particulière à deux niveaux parce que d’un côté elle marque le terme des activités de la semaine du Buisson au sein du campus et de l’autre côté elle coïncide avec la soirée de louange et d’adoration habituelle du groupe.



La sixième soirée de la Semaine du Buisson Ardent coïncide avec sa traditionnelle soirée de louange et d’adoration. Elle a débuté à dix neuves heures. Ainsi, comme on pouvait s’y attendre c’est un public hétérogène qui a investi le terrain de karaté du CENOU(lieu de rencontre hebdomadaire habituel du Buisson) , public composé donc des membres habituels et des nouveaux attirés par la sensibilisation et l’évangélisation qui ont jalonnées la semaine du buisson qui a débuté plutôt le dimanche par une messe à la Rotonde . Comme à l’accoutumé, la soirée a démarré par une prière d’ouverture, des chants de louanges et d’action de grâce, l’invocation avec insistance de la présence de l’Esprit Saint, l’adoration traduisant la gloire de Dieu.


Enseignement de la soirée Inspiré de Mt 11-12 : violence, identité, privilèges.


Au début de ses propos le prédicateur de la soirée le frère Evariste Kaboré a indiqué que Jésus a fait plusieurs allusion à Jean Baptiste dans les saintes écritures. Jésus a ainsi témoigné de la grandeur de Jean Baptiste à la lumière du royaume de Dieu. Laquelle royauté est méprisée par le monde : opposions entre le royaume de Dieu et le royaume des ténèbres de ce monde. Jésus est venu restaurer ce royaume que Jean Baptiste a inauguré.


Jésus affectionnait les paraboles pour parler du royaume parce que l’accès est fermé aux orgueilleux qui ne peuvent comprendre les paraboles mais est destiné aux gens simplex mais violentx. Cette violence est spirituelle et non mondain. La violence ici suppose la citoyenneté qui consiste à exercer une violence pour acquérir l’identité des fils du royaume, le changement d’état, le passage de l’identité de pécheur à l’identité de « saint ». L’accès au royaume est subordonné à la conversion. La porte d’entrée dans le royaume de Dieu c’est la conversion va insister le frère Evariste.


La conversion est un acte douloureux mais nécessaire a ajouté le prédicateur. C’était pareille pour le peuple d’Israël qui pervertit par son séjour en Egypte a été soumis à la condition de la conversion symbolisée par la coupure du prépuce des mâles d’Israël à Guilgal avant d’obtenir du Seigneur la levée de l’opprobre héritée d’Egypte. Le frère a martelé que Guilgal est le symbole de la rupture, et relevé aussi l’exemple de saint Paul qui après avoir rencontré le Christ a rompu radicalement avec sa vie passée. Le frère a affirmé en outre que l’identité de fils de Dieu implique des privilèges qui nécessitent aussi la violence c’est-à-dire une détermination pour avoir part au royaume. Enfin, il a convié l’assemblée à prendre conscience de son identité d’enfant de Dieu, à éviter la paresse, à faire l’expérience de Guilgal, à persévérer, aller en eau profonde avec Dieu. L’enseignement s’est achevé par un temps de prière où plusieurs personnes dans l’assemblée ont été présentées au Seigneur afin qu’ils leur redonnent leur identité perdue. Au cœur de la prière a coulé d’abondantes grâces dont celle de guérison de toute sorte, l’onction du zèle de l’évangélisation, des bénédictions, des vies renouvelées.




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document