-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Deuxième message donné par le frère laïc Evariste KABORE



dimanche 1er mai 2016, par FRANCK BICABA




Le frère Evariste est intervenu dans le même sens qu’au message du père Jean ILBOUDO.



C’est donc dans un élan kérygmatique qu’il a donné une continuité au message à la divine miséricorde. Reprenant le témoignage de l’homme aveugle dans les saintes écritures, Evariste KABORE fait le parallèle avec l’homme et le saint selon Dieu. Le témoignage du prédicateur du moment s’aligne parfaitement avec ce parallèle qu’il fait entre l’homme aveugle et l’homme sans Dieu. Lui aussi était semblable à cet homme sans Dieu. Jeune, il ne savait pas ce qu’il faisait, ni où il allait en somme, il n’avait pas cette révélation de Jésus, Homme-Sauveur.
Comme pour cet aveugle, qui a eu la grâce de rencontrer Jésus un jour, lui aussi a rencontré Jésus un jour et une grande lumière est venue dans sa vie, une vérité était venue à lui. Cette vérité était au sujet de Dieu. Beaucoup d’hypothèses étaient formulées au sujet de Dieu. Il a fallu rencontrer Jésus pour savoir qui est Dieu. IL a fallu alors faire preuve d’humilité et de courage.


Nous comprenons donc dans l’exhortation du frère Evariste KABORE qu’accepter aller à la lumière et laisser la lumière venir à soi est conditionné par deux choses : le courage et l’humilité. Pour dire que ce n’est pas une chose facile de dire oui à la l’appel de Dieu qui est rempli de miséricorde.


Jésus est le chemin la vérité et la vie. Tous ceux qui ont rencontré Jésus, ont vu leur vie changée. Alors il invite l’assemblée à venir à Jésus qui est présent en ce lieu où IL est invoqué. Le message du frère Evariste s’adresse à tous : aux chrétiens ainsi qu’aux non- chrétiens présents au stade. Le monde a besoin de voir les chrétiens brillés de la lumière de la miséricorde de Dieu. Brillons-nous de cette lumière ? C’est la question que le frère pause à ses interlocuteurs, les invitant à y répondre en faisant la vérité en lui-même afin de répondre à cette question.


Le message a été repris en langue nationale mooré par le frère laïc Emmanuel OUEDRAOGO, dans le but d’atteindre les fideles mooréphones venus écouter la parole de Dieu.


Rappelant à l’assemblée que la plus grande misère, c’est le péché, invitation est faite à tous à la fin de cette belle exhortation à invoquer l’insondable miséricorde de Dieu. L’assemblée est plongée dans un temps de repentance qui fera suite au temps dit du « ministère ».




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document