-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Le Buisson Ardent a fait le plein du stade du 04 août lors de sa Grande campagne d’évangélisation 2016



mercredi 4 mai 2016, par Joseph Akoutou



Résumé de tout ce qui s`est passé le 30 Avril 2016 de 20h à l’aube au stade du 4 aout



Ce 30 avril, le Buisson Ardent a fait le plein du stade du 04 août d’une capacité de 35000 places à l’occasion de sa traditionnelle soirée qui couronne sa Grande campagne d’évangélisation annuelle. Cette année le Buisson Ardent a porté son choix respectivement sur les paroisses St Augustin de Bissinghin et Saint Albert le Grand de la Rotonde pour les deux mini-veillées qui précèdent habituellement la grande soirée.



Il sonnait 20H30 GMT et déjà le stade était rempli de personnes venues de divers horizons vivre ce grand moment de ferveur spirituel.


C’est la prière du chapelet qui a inauguré la soirée. Aussitôt après, le berger a dit son allocution où il a rendu grâce à Dieu en faisant allusion aux événements politiques tumultueux dont Dieu a tiré le pays : « Dieu est burkinabè » a-t-il dit.
Ensuite l’honneur a échu au curé de la paroisse universitaire de prendre la parole. Dans son adresse au peuple de Dieu réunie, l’Abbé Christian Sorgho a signifié que l’essentiel en ce bas monde est de rentrer dans la dynamique de la mission du Christ. Celle-ci réside selon le prêtre dans les propos du Christ lui-même : « l’Esprit du Seigneur est sur moi et m’a conféré l’onction de guérir les malades, libérer les prisonniers… » Il a mis un terme à ces propos en saluant les initiateurs de l’événement pour leur hardiesse. À sa suite il y’a eu la louange chantée et parlée animé par le frère Henry Joël et frère Jacques. Ce moment d’une grande étreinte spirituelle a permis à l’assemblée de dire sa confiance à Dieu, lui confesser ses péchés pour obtenir son pardon. Confiant que Dieu a toujours accordé la miséricorde à qui revient à lui, la louange a tonné et remué le stade.


Une allocution d’une très bonne facture lors de la veillée : Celle de l’évêque auxiliaire de Ouagadougou.


Les fidèles présents à cette veillée du Buisson Ardent ont reçu la visite de Monseigneur Léopold Médard Ouédraogo, évêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Ouagadougou. Après avoir souhaité l’illustre visiteur a souhaité la Paix du seigneur au public, puis il leur a transmis les salutations et la bénédiction du cardinal en mission en France.


Le prélat a relevé que le stade du 4 Août plein est synonyme d’un match important de l’équipe nationale, les étalons mais qu’aujourd’hui ce sont les fils et filles de Dieu, tous les croyants en Dieu qui ont investi le stade.


Au-Delà de la passion pour le foot il y a la passion pour Dieu, a laissé entendre l’homme de Dieu. Ainsi, Monseigneur a souhaité que tous aiment Dieu de tout leur cœur et de toute leur âme. Faisant allusion au Pape, il a souligné que ce dernier nous invite cette année à la miséricorde. Aussi a-t-il ajouté que le Pape a déjà convoqué deux synodes sur la famille pour que nos familles soient des lieux où l’on s’aime et l’on se pardonne. Il a fini ses propos en mentionnant que nous sommes là pour l’évangélisation et de ce fait certains sont là pour enterrer leurs fétiches, d’autres pour enterrer leur fusil, d’autres pour présenter leurs différents maux mais dans la confiance au Seigneur qui nous donne d’aimer encore, faire davantage miséricorde.


Catéchèse de la veillée par le père Ilboudo


Le thème de la catéchèse était « Vivons la miséricorde avant que ne sonne l’heure de la justice ».


Le père a expliqué que la miséricorde c’est Dieu qui vient à la rencontre de la misère de l’homme. Le message de miséricorde nous vient de sœur Faustine, religieuse polonaise née en 1905 choisie par Dieu pour être apôtre de la miséricorde, elle qui a été Gratifié de grâce extraordinaire de la part du Seigneur. La spiritualité de la sœur plonge dans la parole de Dieu a dit le père.


Ainsi, Elle priait Jésus d’imprimer sa miséricorde en elle pour être apôtre et secrétaire de la miséricorde de Dieu. La mission de sœur Faustine l’a souligné le père consistait à porter la parole de Dieu, parler de la miséricorde, créer des mouvements apostoliques de la miséricorde pour prier la miséricorde. Ces mouvements apostoliques comptent de nos jours des millions de membres de par le monde. Sœur Faustine a d’ailleurs écrit dans son journal que sa mission ne cessera pas avec sa mort. Le seigneur a en outre révélé à sœur Faustine que sa miséricorde est un signe pour le dernier temps et que le jour du retour du Seigneur sera un jour de justice, terrible : donc il faut vivre dès maintenant la miséricorde de Dieu avant que ne vienne le temps de la justice.


Élément du culte de la miséricorde


1- Le tableau estampillé Jésus j’ai confiance en toi destiné à la vénération publique a été ordonné à sœur Faustine par le Seigneur. Le père a expliqué qu’en contemplant l’image du Christ sur l’icône on est transformé avant de dire que les deux rayons sur l’icône indiquant le sang et l’eau symbolisent les sources de notre salut.
2- Le chapelet de la divine miséricorde est un des éléments du culte de la miséricorde recommandé à sœur Faustine. L’âme affligée qui dit ce chapelet sera apaisé, ne sera pas déçue et le pécheur agonisant y trouve la paix. Ce chapelet bien dit apaise la colère de Dieu.
3- L’heure de la miséricorde : l’heure de la mort de Jésus sur la croix est l’heure indiquée à sœur Faustine pour implorer la miséricorde de Dieu pour les pécheurs. L’heure de la miséricorde c’est la troisième heure et il faut l’utiliser en prenant soit une heure pour faire le chemin de croix ou un moment à la Chapelle ou encore prier le chapelet où qu’on se trouve.


Enfin le père a indiqué que la fête de la divine miséricorde qui est célébré le 1er dimanche après pâques est une occasion où les entrailles de la miséricorde de Dieu sont grandement ouvertes et que celui qui se confesse et communie à l’occasion obtient cette miséricorde.


Kérygme


Lors du Kérygme, le frère Évariste Kaboré a présenté Jésus comme visage de la miséricorde de Dieu. À partir de l’évangile de saint Jean 8, 12 il a complété que : Jésus est la lumière du monde et que celui qui le suit ne marchera pas dans les ténèbres. La figure de l’aveugle né dans l’évangile de saint Jean 9 qui fait une rencontre avec Jésus, qui transforme sa vie symbolise selon le frère Evariste la condition de l’homme dans les ténèbres, sans Jésus. Les ténèbres symbolisent notre misère et cet aveuglement vient du péché a dit le frère. Il a montré par ailleurs à partir du livre de la Genèse que l’homme séparé de Dieu est enfermé dans les ténèbres. Revenir à la lumière du Seigneur suppose responsabilité, humilité et courage. Il faut donc éviter de se cacher dans les ténèbres a dit le frère. L’orgueil occasionne l’aveuglement spirituel a-t-il conclut.


Message principal de la soirée :


Le thème principal de la soirée développé par le frère Seogo Gabin est extrait de Lc 7,13-14 « En la voyant, le Seigneur eut pitié d’elle et lui dit : je te le dis, lève-toi. »
Au sens du frère prédicateur, Jésus rencontre et touche la vie de chacun comme il l’a fait dans la vie de la femme de l’évangile de Saint Luc. Le miracle qu’il a fait dans la vie de cette femme Jésus continue de le faire aujourd’hui. Jésus continue de donner espoir encore aujourd’hui à ceux qui ont foi en lui, à ceux qui sont pris dans les chaines de la mort. La foi au dire du frère sollicite également l’intelligence, elle conduit à la miséricorde a conclu le frère. La miséricorde c’est aussi la fidélité de Dieu à sa parole. Dieu veille à l’accomplissement de sa parole de salut pour l’humanité, pour preuve la mort du Christ en croix pour le salut. Mais la miséricorde de Dieu exige que nous soyons restaurés de l’intérieur et de l’extérieur, a conclu le frère.


Messe de la veillée


L’homélie nous a invités à vivre dans l’amour de Dieu et du prochain comme l’indique l’évangile condition pour être unis au Fils et au Père. Le prédicateur l’Abbé Blaise Bicaba, père spirituel du groupe, a indiqué qu’en ce sixième dimanche de pâques, le Christ transmet sa dernière volonté à ses disciples et leur promet simultanément l’Esprit Saint qui les aidera à réaliser cette volonté.


En effet, le Seigneur nous invite à vivre sa parole et son commandement, à demeurer en lui, à l’aimer, chose qui est rendue possible par l’Esprit Saint que nous recevons à la pentecôte. En outre, le père spirituel a convié l’assemblée à imiter la miséricorde de Dieu. Que les familles en discorde s’unissent à nouveau par le biais de la miséricorde, a-t-il insisté. C’est à ce prix que nous témoignons au monde notre appartenance au Christ a-t-il conclut.




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document