-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


La grâce de Dieu parle, nous enseigne et nous conduit à renoncer



lundi 13 juin 2016



Message du frère Evariste KABORE sur « la grâce ». Message donné en Août 2011 lors de la clôture des activités de l’école d’évangélisation du Buisson Ardent.

Thème : « Car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. » Jean 1,17


Jésus est la grâce de Dieu manifestée pour chacun d’entre nous : pour toi et pour moi. Nous aimons écrire les messages que nous recevons dans nos cahiers mais aujourd’hui que ton cœur soit un cahier ou tu vas graver ces paroles comme une parole précieuse. Nous avons reçu une grâce celle de la connaissance et de la découverte de Jésus-Christ. Alors, qu’as-tu fais de cette grâce ? As-tu permis à Dieu de se réjouir de ce qu’il t’a donné ? Jésus Christ est le don de Dieu pour chacun d’entre nous. Tout le bonheur qu’un homme peut désirer se trouve en Jésus. C’est la grâce excellente « Oui, comme Dieu a aimé le monde ! Il a donné le Fils unique pour que celui qui croit en lui ait la vie éternelle et n’aille pas à sa perte ». Jean 3,16
Jésus-Christ est la manifestation et le résultat de l’amour de Dieu. Avant de demander un exaucement à ta prière, qu’as-tu fais de cette grâce ? Nous ne pouvons décoller spirituellement si nous ne considérons pas la grâce. Nous cherchons autre chose alors que tout a été donné en Jésus.


La bible nous dit en 1Pierre1, 10 : « Sur le salut, les prophètes ont fait porter leurs interrogations et leurs recherches, eux qui ont prophétisé pour annoncer la grâce qui vous est destinée. ».


Nous sommes des privilégiés. Oui, notre génération a un privilège. Les prophètes ont prophétisé cette bénédiction, cette lumière qui va chasser les ténèbres et ils ont désiré en bénéficier mais ils ne l’ont vu que de loin alors ils se sont dit ces générations bénéficiaires qui viennent sont très bénis. Ils n’ont pas eu l’aspersion du sang de Jésus, ils l’ont recherché mais ils ont seulement reçu la révélation de la grâce qui est pour toi et pour moi. Mais nous sommes tellement aveuglés et assoupis que nous n’arrivons pas à discerner la grâce de Dieu. Que fais-tu de la grâce qui a été manifesté pour toi ? En es-tu conscient ? Cela ressemble à un pays où l’or coule sur les chemins mais les habitants du pays foulent l’or au pied ne connaissant pas sa valeur. Nous sommes les privilégiés mais nous sommes les plus négligents. Nous laissons cette bénédiction pour rechercher autre chose. Même les anges sont émerveillés. Pourquoi Dieu agit ainsi ? Qui est l’homme pour que Dieu se mobilise ainsi ? Cette grâce est le salut gratuit que Dieu te donne. Il n’y a rien que nous puissions faire, c’est une grâce, une faveur imméritée comme le bon larron crucifié avec Jésus. Le sang de Jésus a coulé pour te donner une nouvelle histoire ; te laver de ton péché mais comment as-tu géré cette grâce depuis le temps où tu l’as rencontré ?


En somme, la grâce est le salut et les bénédictions gratuits qui nous sont donnés par l’aspersion du sang de Jésus. Si nous avons compris ce que c’est que la grâce, sachons qu’elle a aussi des exigences.
En Tite 2,11-14 nous lisons : « Car la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et les convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien. ».


La grâce nous enseigne et nous conduit à renoncer. Cette grâce de Dieu nous enseigne à faire un renoncement et cela est très important. Certains viennent dans le christianisme parce qu’ils estiment qu’il y’a moins de contraintes. Ainsi, ils jouent le cache-cache avec le Seigneur et scandalisent la miséricorde de Dieu. La question qui se pose est donc : as-tu renoncé ? As-tu vraiment renoncé ? La conversion est un miracle que Dieu opère en nous mais il demande alors notre responsabilité ensuite. Jésus a fait l’essentiel et il ne viendra pas renoncer à notre place.


« Il a assez duré, le temps passé à faire ce que veulent les gens des nations, quand vous vous laissiez aller aux débauches, aux convoitises, à l’ivrognerie, aux orgies, aux beuveries et aux cultes interdits des idoles. ». 1Pierre 4,3


C’en est assez ! Dans le temps ancien nous avons vécu dans le dérèglement, la folie et l’inconduite mais c’en est assez ! Comment celui qui a reçu la grâce peut-il envier un païen ? Dieu veut que tu dises : c’en est assez ! Que tu as fais beaucoup ou peu, c’en est assez ! Celui qui vit comme bon lui semble ne s’attend pas à recevoir la grâce mais s’expose plutôt au jugement de Dieu.
Pour ceux qui aspirent à servir le Seigneur, dans son plan c’est que la grâce de Dieu fasse son travail avant d’agir dans la vie des autres au travers de lui. Un serviteur qui n’a pas réglé certaines choses dans sa vie est un serviteur inutile dans le royaume.


« Soyez vigilants : que personne ne se dérobe à la grâce de Dieu, qu’il ne pousse chez vous aucune plante aux fruits amers, cela causerait du trouble, et beaucoup en seraient infectés ; qu’il n’y ait pas de débauché ni de profanateur, comme Ésaü qui vendit son droit d’aînesse en échange d’un seul plat. Vous savez que par la suite, quand il voulut recevoir en héritage la bénédiction, il fut rejeté, car il ne trouva aucune possibilité de changement à son égard, malgré ses réclamations et ses larmes ». Hébreux 12,15-17


Vis-à-vis du péché, il y’a deux extrêmes à éviter : la première est de dire qu’il est négligeable et que le péché ne compte pas devant le Seigneur et le second est de dire qu’il est tellement grave qu’il n’y a pas de solution, laissant ainsi l’amertume gagnée le cœur. L’apôtre dit :« qu’aucune amertume dans ta vie, aucun péché négligé ». Ne vendons pas la grâce avec les passions du monde comme l’a fait Esaü avec son droit d’ainesse pour de la nourriture.
Le Seigneur te demande : « comment as-tu géré la grâce ? Qu’as-tu fais de la grâce ? »


« Vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles, l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères ; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ. » 1Pierre 1,18-19


Arrêtons de fouler aux pieds les grâces du Sang de Jésus. La vie chrétienne doit être une dynamique. Si tu chutes à tout moment pour revenir au point de départ alors tu n’es pas encore un serviteur qualifié. Veux-tu considérer la grâce de Dieu ? Veux – tu suivre l’enseignement de la grâce ? Alors je t’invite à déposer aux pieds de la croix tes soucis, les fardeaux, pesanteurs, infidélités. Combats et laisses la grâce de Dieu se manifester dans ta vie.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=D4BAdXT8Z5A
Transcris par frère Yameogo Mathias



Voir en ligne : La grâce parle, elle nous enseigne et nous conduit à renoncer



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document