-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


L’imposture de l’Union des Religieux et Coutumiers du Burkina pour la Santé et le Développement (URCB/SD)



lundi 8 août 2016



La dénomination de l’association « Union des Religieux et Coutumiers du Burkina pour la Santé et le Développement (URCB/SD) », partenaire mis en évidence dans la campagne « 1 000 000 de voix pour la planification familiale et la santé de la reproduction » crée la confusion dans les esprits. On fait croire insidieusement à l’opinion publique que même l’Église catholique encourage la contraception. Elle est pourtant la seule organisation mondiale à s’opposer ferment à cette pratique. Et les responsables des ONG le savent.




A titre d’exemple, bien qu’il n’y ait pas eu l’ombre d’une soutane (le vêtement religieux des prêtres) à l’atelier de cette association du 21 janvier 2016 à Bobo-Dioulasso, le reportage de la manifestation au journal télévisé de la RTB a relevé l’engagement des « autorités religieuses et coutumières » pour la contraception sans mentionner que l’Église catholique était la grande absente.


Je ne sais pas quelle religion est favorable à la contraception mais je suis surpris que l’URCB s’affiche aveuglement et témérairement pour la contraception, tacitement au nom de toutes les religions présentes au Burkina. L’enseignement de la Bible est clair sur le sens du mariage, de la famille, de la dignité de la personne et de la sexualité humaines. Et à moins d’ignorer les Saintes Écritures ou de vouloir tromper les gens, il est illusoire d’essayer de tirer de la Parole de Dieu quelque argument favorable à la contraception (condamnation dès le premier livre de la Bible : Genèse 38, 8-10) [1].


Cette profession de la foi catholique n’est ni arbitraire ni obscurantiste. Elle est confortée par l’expérience humaine et par les acquis des sciences humaines (médecine, histoire, anthropologie, sociologie, psychologie, bioéthique, statistiques, démographie, etc.) dont les résultats, présentés très sommairement ici, prouvent à toute personne de bonne volonté ayant une conscience droite que tous les contraceptifs sont intrinsèquement mauvais.


J’invite donc les journalistes à être honnêtes et à ne pas employer l’expression « responsables religieux et coutumiers » sans autres précisions lorsque les responsables l’Église catholique n’en font pas partie ou n’y ont pas désigné de représentants. Ce sera toujours et à jamais le cas chaque fois qu’il est question de soutenir la contraception et l’avortement. Les journalistes chrétiens ont la grave responsabilité de lever les ambigüités et de dénoncer la conspiration des organismes internationaux et des gouvernements africains à détruire à coup de milliards nos populations par la contraception.


J’invite également les responsables coutumiers à se désolidariser de la soit disant « Union des religieux et coutumiers du Burkina » lorsqu’il s’agit de plaidoyer pour la contraception. Même dans nos cultures, le rôle d’égorger un animal pour la cuisine revient à l’homme, traduisant la conscience profonde que la femme, qui donne la vie, ne saurait donner la mort. N’entraînons donc pas nos épouses, nos filles, nos mères à transformer leur ventre en cimetière tout en nuisant à leur santé, à leurs familles et à notre société. L’expérience des sociétés occidentales doivent nous donner des leçons, même en dehors de toute conviction religieuse.


Note :


[1] Genèse 38, 8-10 : « Alors Juda dit à Onân : "Va vers la femme de ton frère, remplis avec elle ton devoir de beau-frère et assure une postérité à ton frère". Cependant Onân savait que la postérité ne serait pas sienne et, chaque fois qu’il s’unissait à la femme de son frère, il laissait perdre à terre pour ne pas donner une postérité à son frère. Ce qu’il faisait déplut à Yahvé, qui le fit mourir lui aussi ».


Ouagadougou, le 25 février 2016


Abbé Jean Emmanuel KONVOLBO,
Prêtre catholique
Professeur d’Écriture Sainte et de langues bibliques
Grand Séminaire Saint Jean-Baptiste de Wayalghin
Email : paroleetvie@gmail.com
Site web : http://konvolbo.org



Voir en ligne : [lefaso.net] L’imposture de l’Union des Religieux et Coutumiers du Burkina pour la Santé et le Développement (URCB/SD)



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document