-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Evangile, mon amour



lundi 24 novembre 2014, par KABORE Evariste



Evangile, mon amour
Feu qui brule en moi
Lumière sur mon chemin
Eclairant le doux visage de mon sauveur
Evangile de la grâce
Evangile de la puissance de Dieu
Miel dans ma bouche
Fiel dans mes entrailles
Glaive de L’Esprit…
Evangile mon amour…


Bonjour frères et sœurs en Christ,


Je vous salue à travers ces paroles de saint Paul à Timothée : « Que la grâce, la miséricorde et la paix vous soient accordées de la part de Dieu notre père et du seigneur Jésus Christ ! » 1timothée 1,2


Depuis plusieurs années déjà, l’Eglise du seigneur est interpellée par le monde sur plusieurs questions idéologiques.


frère KABORE EvaristeConsidérant la force qu’elle représente, le monde multiplie les provocations dans le seul but d’amener l’Eglise à une remise en cause de ses visions et de son mandat divin.


Dans un siècle de confusion totale, de dépravation des mœurs et de dégradation des consciences, jamais l’Eglise n’a été autant attaquée, dénigrée et harcelée par tous ceux qui, dans l’ombre, rêvent de voir s’ébranler le dernier rempart moral d’un monde envahi et dévoyé par les ténèbres.


Qu’à cela ne tienne ! L’Eglise demeure inébranlable, ayant à sa tête un chef inébranlable (éphésiens 5,23). En remettant les clés du royaume à Saint Pierre, Jésus disait que les « portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle ». L’Eglise est la colonne et l’appui de la vérité qui est Jésus Christ lui-même ! Quelles paroles réconfortantes pour moi.


Cependant, quand je considère l’état du monde, ma peine est grande. Je me rends compte que la plupart des chrétiens ne prennent pas au sérieux leur responsabilité devant l’histoire qui se déroule devant eux, devant la parole éternelle de notre Dieu.


Les quatre-vingt-dix-neuf brebis dans l’enclos jouissant de la présence rassurante du bon berger qui les a arrachés des griffes du loup ne discernent pas la tristesse qui est dans les yeux du berger qui scrute au loin, des yeux, les chemins perdus ou s’est égarée la brebis perdue.


La brebis perdue qui est prise au piège des idéologies pernicieuses du siècle contemporain, les idéologies, ces pilules empoisonnées enrobées du miel de la « liberté ».


A présent, parlons clairement : aujourd’hui, on vous juge par vos convictions.


Etes-vous pour ou contre le port du préservatif, pour ou contre l’avortement, pour ou contre l’euthanasie, pour ou contre les tissus fœtaux dans les produits de beauté, pour ou contre le sexe en dehors du mariage, pour ou contre le mariage homosexuel, pour ou contre les unions libres, pour ou contre la liberté d’orientation sexuelle, pour ou contre la modification de tel ou tel article de constitution etc. ?


Selon votre opinion, vous êtes classé et étiqueté : homophobe, extrémiste religieux, pro ou anti, conservateur, coincé, dépassé etc.


Les débats font rage et les pressions s’accentuent …beaucoup, pour être socialement acceptables, politiquement corrects, commencent par accepter des compromis pour finir par s’installer dans la compromission.
L’Eglise est souvent invitée à ce débat, bien qu’on connaisse ses positions. On veut des opinions pour ensuite s’en aller partout et crier au scandale.


Je me suis longtemps demandé s’il fallait oui ou non, prendre part à ces débats, s’il fallait sans cesse se justifier, se creuser les méninges pour trouver des arguments pour ou contre ceci ou cela.


La réalité est bien là, sous nos yeux. Il ne se passe pas un seul jour sans qu’on n’entende éclater des scandales de tout genre : des pays qui reconnaissent des droits aux « minorités sexuelles », des manifestations gays, des fous qui menacent de faire sauter des églises, des femmes qui manifestent toutes nues ou qui brulent des bibles publiquement, des films blasphématoires, des satanistes qui officient en plein jour, des dossiers sombres d’hommes d’Eglise trempés dans des histoires de pédophilie etc.


Je me suis bien souvent lancé dans ces genres de débat, voulant expliquer ou justifier certaines positions chrétiennes, défendre ma foi contre les frondeurs de toute sortes, les persuader qu’ils sont dans l’erreur… sans grand succès.


Au contraire, je me trouvais souvent sans ressources, sans arguments et étonné de l’éloquence, de la perspicacité des détracteurs.


Je me contentais souvent de dire, « ce n’est pas bien, la bible dit que ce n’est pas bien ».


Vous savez très bien que ceci n’est pas un argument convaincant. La lumière m’est arrivée un jour où je devais discuter avec quelqu’un à propos de la chasteté.


Avant cette rencontre, des pensées me sont venues à l’esprit : « au lieu de discuter de chasteté, parle lui de JESUS CHRIST. Inutile pour toi de vouloir convaincre quelqu’un qui ne connait pas vraiment Jésus Christ de vivre dans la chasteté. Il ne comprendra jamais. Ses pensées sont en captivité. »


Tout devenait soudain clair à mes yeux. Il est en effet écrit dans la deuxième lettre de Saint Paul aux corinthiens au chapitre deuxième, à partir du deuxième verset,
« Voilà pourquoi, miséricordieusement investis de ce ministère, nous ne faiblissons pas, mais nous avons répudié les dissimulations de la honte, ne nous conduisant pas avec astuce et ne falsifiant pas la parole de Dieu.


Au contraire, par la manifestation de la vérité, nous nous recommandons à toute conscience humaine devant Dieu.


Que si notre Evangile demeure voilé, c’est pour ceux qui se perdent qu’il est voilé, pour les incrédules, dont le dieu de ce monde a aveuglé l’entendement afin qu’ils ne voient pas briller l’Evangile de la gloire du Christ, qui est l’image de Dieu. Car ce n’est pas nous que nous prêchons, mais le Christ Jésus,… ».


Oui, le dieu de ce siècle, le prince de ce monde a aveuglé l’intelligence des hommes pour qu’ils ne voient pas.


Plus loin au chapitre dix, à partir du verset quatre, « Non, les armes de notre combat ne sont point charnelles, mais elles ont, au service de Dieu, la puissance de renverser les forteresses. Nous renversons les sophismes [5] et toute puissance altière qui se dresse contre la connaissance de Dieu, et nous faisons toute pensée captive pour l’amener à obéir au Christ ».


Oui, c’est cela : les idéologies pernicieuses de ce monde de ténèbres sont des forteresses, des sophismes, des puissances altières dressées par le dieu de ce siècle pour aveugler et retenir captifs les hommes.


L’objectif est de les empêcher de voir briller l’évangile de la gloire de christ. N’avez-vous pas souvent eu le sentiment, alors que vous discutez avec certaines personnes ou en écoutant certaines personnes raisonner, d’être devant des forteresses ?


Aucun argument ne peut vaincre des forteresses, aucune idéologie, aucun « discours persuasif de la sagesse humaine ».


Une seule arme, l’Evangile. Le pur évangile de Jésus Christ. Oh, l’évangile !


Regardons un peu les choses en face, la crise généralisée de la foi, le nombre inquiétant d’églises qui ferment chaque jour faute de fidèles, les scandales qui éclatent chaque jour, l’apostasie, etc.


Considérons toutes ces choses et puis disons- nous : et si nous cessions de discuter et que nous commencions par évangéliser sérieusement.
L’évangile est notre argument, c’est l’arme absolue que Dieu nous a donnée. Et bien quand on vous demande, êtes-vous pour ou contre les préservatifs, l’avortement, l’homosexualité, etc. ?


Répondez par le pur évangile, celui qui parle de Jésus christ, de son œuvre de salut pour les hommes. Faites d’abord entrer les hommes par la porte et alors ils comprendront, leurs yeux s’ouvriront, ils sauront la vérité et cette vérité les affranchira.


Pourquoi s’acharner à leur expliquer que l’Eglise de Jésus christ ne peut accepter les unions homosexuelles, que des jeunes ne doivent pas avoir des relations sexuelles avant le mariage, que l’avortement est un péché grave ?


Ce serait comme de l’eau qu’on verse sur une roche. Ce serait enfoncer une porte ouverte. Parlons de Jésus Christ. S’ils croient en Jésus, ils croiront à sa parole.


Dans sa lettre redemptoris missio, Jean Paul II écrivait : « l’homme contemporain croit plus les témoins que les maitres, plus l’expérience que la doctrine, plus la vie et les faits que les théories… (RM,42).


A ce propos, le kérygme restera le dynamisme même du message chrétien. N’attendons pas les scandales, les dénigrements avant d’agir. C’est maintenant au tour du monde chrétien, de porter l’offensive mondiale car les armes de notre combat sont puissantes pour renverser les forteresses.


Cessons de nous égarer ou de nous distraire par des raisonnements inutiles. Souvent je me dis en moi-même : comment se pourrait-il que j’y arrive en parlant simplement de Jésus Christ ?


Mais oui, il se produit toujours un miracle, car il ya un autre Témoin qui parle pour nous. Une puissance est libérée, elle ne dépend ni de l’éloquence, ni de l’intelligence, elle nous vient d’en haut.


Le Père Martin Birba, lors d’une conférence du renouveau charismatique catholique d’Afrique de l’ouest disait ceci : « les catholiques doivent cesser de paniquer dans la barque de L’Eglise parce qu’il y a une bourrasque et des vagues et que Jésus semble dormir. Cessons de regarder les vagues plutôt que Jésus. Cessons d’avoir peur, la peur nous empêche d’évangéliser avec audace et assurance »


Car je n’ai point honte de l’évangile ; c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit…Rm 1,16


Quand les gens font des déclarations incendiaires contre l’Eglise, prennent position pour l’homosexualité, déchirent ou urinent sur des bibles, réalisent de films blasphématoires, légalisent l’avortement etc., voyons tout cela comme des appels de détresse, des signes des temps… c’est un temps de famine spirituelle, de confusion sans précédent.


Le seigneur avait dit par la bouche du prophète Amos qu’il y aurait un temps de famine (Amos 8,11-12), mais il a établi dans son Eglise des serviteurs fidèles et prudents chargés de distribuer la nourriture au temps convenable (Mt 24,45).


Face à la confusion ambiante, face aux tirs croisés du monde, face à la dépravation des mœurs et à la dégradation des consciences, le seigneur nous dit : « donnez- leur vous-même à manger ! C’est votre responsabilité !


Pour ma part, j’ai pourvu à TOUT par la CROIX. J’ai rendu tout possible par ma croix ! Ouvrez la bouche et je la remplirai… »


Il ne nous appartient pas de répondre aux provocations du monde par le même esprit qui anime le monde. Répondons par l’arme secrète et parfaite de l’évangile de la grâce de Dieu.


Quand l’évangile est prêché dans toute sa pureté, les cœurs sont convaincus, car Jésus christ a apporté au monde la vérité et il est tout ce que les hommes recherchent, même s’ils semblent ne pas s’en rendre compte. Aidons-les à exprimer clairement leur besoin de salut. Prêchons le pur évangile et alors nous les entendrons dire, « Que devons-nous faire ? » (Actes 2,37)


Il nous faut donc restaurer le sentiment d’urgence. Urgence à aller vers les perdus pour leur révéler le projet de Dieu pour le salut. Combattant toujours sous la bannière de l’amour, nous serons vainqueurs. Avec les yeux de la foi, nous verrons tout homme comme un potentiel citoyen du royaume de Dieu, car Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. 1tim 2,4.


TOUS ?, oui tous : les pédophiles, les homosexuels, les drogués, les satanistes, les sorciers, les avorteurs, les assassins, les rosicruciens, les francs-maçons, les apostats,…


Que le monde nous insulte, nous méprise, qu’il nous persécute, quoi encore ! Nous répondrons par l’évangile. Ils ne peuvent nous empêcher de les aimer car nous sommes disciples du conquérant aux pieds ensanglantés, aux mains transpercées. Il est la fleur qui, piétinée trouve encore la force de donner son parfum à celui qui l’écrase.


Et si tous les enfants de Dieu se mettaient en route avec le bon berger, pour aller sur les routes de ce monde, les coins ténébreux à la recherche de la brebis perdue, seule corde manquante à la lyre de la joie du maitre ?


Et si tous, répondant aux appels pressants et inspirants de nos pasteurs (« apostolat des laics, evangelii nuntiandi, redemptoris missio, deus caritas es, evangelii gaudium…) et si tous se mettaient au travail maintenant ?


Et si tout cela était traduit par des actes concrets ? Et si chacun commençait là où il est établi à répandre le parfum du message de la grâce, dans la simplicité ?


Et si chacun se décidait à témoigner auprès de son voisin de classe, de quartier, de bureau ?


Et si dans les files d’attentes des bus, dans les files d’attente de paiement des factures, dans les arrêts de bus ou de taxis, dans les salons de coiffures, dans les marchés, en mission professionnel, sur les réseaux sociaux, nous nous mettions à raconter ce qu’il a fait pour nous ?


Et si nous parlions simplement du plus beau des fils de l’Homme…


Le monde verrait son orgueil brisé et les écailles de ses yeux tomber. Je me souviens encore de ce que nous a dit le seigneur un jour au cours d’une réunion de prière : « rassemblez le monde au pied de ma croix, c’est la solution ultime aux problèmes de votre siècle »


Depuis, l’évangile est devenu pour moi, une véritable passion car dans la simplicité, je vois des vies transformées, des âmes retrouver la paix, des gens être libérés des pièges pernicieux qui les engluaient.


Chaque jour, je réalise la beauté du combat qui donne un sens à ma vie. Ma prière et mon rêve est de voir des jeunes gens être gagnés par le même amour. Ainsi, nous formeront une grande armée, Dieu lui-même, L’Amour étant notre étendard.


Jésus a dit, « quand je serai élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi ». Parlons de Jésus, proclamons son nom, exposons son message, et les hommes trouveront aisément le chemin de celui qui les attire déjà.

Evariste Kabore



Voir en ligne : Téléchargez ce document " Evangile, mon amour"



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?