-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-

Accueil > Enseignements > Enseignements écrits > Demeurez dans la communion du Saint Esprit par Marie


« Pourquoi demeurer dans la communion du Saint Esprit ? »
« Un moyen pour demeurer dans la communion du Saint Esprit c’est la très Sainte Vierge Marie »


Demeurez dans la communion du Saint Esprit par Marie



lundi 9 octobre 2017, par OUEDRAOGO Tiraogo Rodrigue



Enseignement donné par la Sœur Cécile COMPAORE, vendredi 06 septembre 2017 à l’Université de Ouagadougou.


Comme chaque vendredi soir, voilà que notre Dieu a fixé un nouveau rendez-vous pour nous parler, nous rassurer une fois encore de sa présence et de ses bénédictions, mais aussi pour achever tout ce qu’il a commencé à faire dans chacune de nos vies.


Bien aimés du Seigneur, shalom et bonsoir,


Bien aimés du Seigneur, je veux te dire que lorsque tu es né de nouveau, lorsque tu as donné ta vie à Jésus, tu es devenu enfant de Dieu. Et pour cela, beaucoup de choses doivent changer positivement dans ta vie. Ta situation ne peut pas rester la même quand tu viens à Jésus. Ton histoire en Jésus doit être meilleure que ce qu’elle était avant ta rencontre avec le Seigneur et, on doit le sentir dans tous les aspects de ta vie. Ta manière de voir les choses, ton comportement et même ton style doivent changer. Mais si, depuis que tu as reçu Jésus Christ dans ta vie, ta vie ne fait que se dégrader, c’est qu’il y a un problème quelque part, il y a quelque chose qui ne va pas, il y a une ignorance ou quelque chose qui cloche quelque part car le Seigneur Jésus nous dit qu’Il nous a donné la gloire (Jn 17 ,22). De ce fait, il faut examiner ta vie et savoir ce qu’il faut faire pour y remédier afin de refléter réellement la gloire de Dieu, puisqu’Il ne change pas. En Lui, il n’y a ni changement, ni ombre de variation. C’est nous qui sommes appelés à changer, à bien nous positionner, à nous corriger, à chercher et rechercher la connaissance, à nous décider à faire ce qu’il faut pour une rencontre personnelle avec Dieu car Lui ne change pas.

D’où le thème de ce soir « demeurez dans la communion du Saint Esprit par la très Sainte Vierge Marie. »


Cette exhortation sera axé sur deux grands points essentiels dont premièrement « pourquoi demeurer dans la communion du Saint Esprit » et en deuxième point « un moyen pour demeurer dans la communion du Saint Esprit : la très Sainte vierge Marie »


Le verbe demeurer signifie rester, continuer à être, habiter. Demeurer dans le Saint Esprit c’est être habité par le Saint Esprit, rester avec lui et continuer à être avec lui. Et la parole de Dieu nous dit que nous somme le temple du Saint Esprit et ceci signifie simplement que le créateur de toutes choses, le Roi de gloire, le consolateur, le tout puissant, le noble et digne te choisit pour habiter en toi. C’est une réalité que vous devez simplement accepter car votre salut en dépend.


Le Pape François a d’ailleurs développé dans l’une de ses homélies le thème « demeurer en Dieu » qui est un peu la respiration de la vie chrétienne. Un chrétien, c’est celui qui demeure en Dieu, qui a l’Esprit Saint et qui se laisse guider par Lui. Sans le souffle point de vie, Il est donc primordial et nécessaire de demeurer avec le Saint Esprit. Sinon nous risquons d’être asphyxiés.


Le Saint curé d’Ars Saint Jean-Marie Vianney nous dit que lorsqu’on on est conduit par un Dieu de force et de lumière, on ne peut pas se tromper. L’Esprit-Saint est une lumière et une force. C’est lui qui nous fait distinguer le vrai du faux et le bien du mal. Comme ces lunettes qui grossissent les objets, le Saint-Esprit nous fait voir le bien et le mal en grand. Avec le Saint-Esprit, on voit tout en grand : on voit la grandeur des moindres actions faites pour Dieu et la grandeur des moindres fautes...


Sans le Saint-Esprit, nous sommes comme une pierre du chemin. Prenez dans une main une éponge imbibée d’eau et dans l’autre un petit caillou ; pressez-les également ; il ne sortira rien du caillou et de l’éponge vous ferez sortir l’eau en abondance. L’éponge, c’est l’âme remplie du Saint-Esprit, et le caillou, c’est le cœur froid et dur où le Saint-Esprit n’habite pas.


C’est le Saint-Esprit qui forme les pensées dans le cœur des justes et qui engendre les paroles dans leur bouche. Ceux qui ont le Saint-Esprit ne produisent rien de mauvais ; tous les fruits du Saint-Esprit sont bons. Quand on a le Saint-Esprit, le cœur se dilate, se baigne dans l’Amour divin.


Et le saint curé d’Ars continue en disant que Les sacrements que Notre-Seigneur a institués ne nous auraient pas sauvés sans le Saint-Esprit. La mort même de Notre-Seigneur nous aurait été inutile sans le Saint Esprit. C’est pourquoi Notre-Seigneur a dit à ses apôtres : " II vous est utile que je m’en aille, car si je ne pars pas, le Consolateur ne viendrait pas. " Il fallait que la descente du Saint-Esprit vienne faire fructifier cette moisson de grâces. C’est comme pour un gain de blé ; vous le jetez dans une bonne terre. Mais il faut le soleil et la pluie pour le faire lever et monter en épi.


Bien aimés Sans le Saint-Esprit, il n’y a ni conversions à Jésus, ni miracles, ni joie dans l’épreuve, ni croissance du Corps de Christ, ni rien qui vient de Dieu. Le Saint-Esprit est absolument essentiel à ceux qui veulent suivre Jésus.
Voici quelques bienfaits que la présence du Saint Esprit en nous, nous apporte :


1. Répondre à l’amour de Dieu


Avant toute chose vous devez savoir que Dieu vous aime d’une manière que vous ne pouvez même pas imaginer. Si nous sortons du cœur de Dieu, Il souffre terriblement de notre indifférence et Il est affligé de l’insuffisance de l’attention que nous lui accordons. Dieu désire une communion plus profonde et permanente avec vous et moi. Il veut cheminer avec nous.


Alors, le plus grand cadeau que vous pouvez faire à Dieu est celui de réorganiser votre vie en vue d’une meilleure connexion avec lui pour lui plaire.


2.Obtenir la force


Le simple fait de vous rappeler en permanence de ce que l’Esprit Saint est en vous vous procure l’énergie, le courage nécessaire dans vos défis quotidiens.
Si vous entretenez la pensée, la certitude de la présence permanente en vous de l’Esprit Saint, le Saint Esprit honorera cette foi. Vous pourrez alors réellement ressentir :


• Sa force, sa consistance, sa supériorité, une assurance surnaturelle.
• Vous demeurerez calme et inébranlable quelles que soient les éventuelles tempêtes
« Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » Jean 15,5


3. Le discernement


Marcher conscient que l’Esprit Saint habite en vous et qu’Il va vous gratifier d’une meilleure compréhension des choses. Vous obtiendrez alors une meilleure révélation des circonstances et de sa parole. Quand vous prenez l’habitude de demeurer en Esprit avec le Saint Esprit par la foi, ce dernier devient votre compagnon. Il vous avertit des dangers, parfois sans que vous ayez besoin de le solliciter il agit. Il vous instruit et vous guide dans vos choix de chaque jour.


4. La protection

Quand vous êtes conscients de ce que Dieu habite en vous, cette foi érige un bouclier, une muraille de protection invisible devant vous. Il s’agit de cette protection que la bible nomme « le bouclier de la foi ». Quand vous marchez dans la foi absolue de la présence de Dieu à vos côtés, il y’a des choses qui ne vous arrivent pas.
Cette foi libère par exemple un reflet de puissance répulsif pour Satan. Les esprits impurs ne peuvent pas vous approcher quand vous marchez dans cette foi.


C’est ce qui explique que Satan fasse tout son possible pour vous distraire, vous mentir, vous empêcher de connaître la vérité, vous égarer. Son objectif est de vous pousser à vous déconnecter de Dieu. Il craint que votre connexion avec le Saint Esprit produise la connaissance de la vérité dans votre vie et que celle-ci vous affranchisse. Une telle chose lui retirerait toute prise ou possibilité dans votre vie.
Le fait de vivre insuffisamment connecté ou totalement déconnecté de Dieu (tu n’es ni chaud ni froid avec un engagement bizzard) est la pire chose qui pourrait arriver.


Comment donc arrivé à rester connecté avec Dieu ?


Alors un puissant secret pour rester connecté au Saint Esprit c’est la très Sainte Vierge Marie.


Il est dit dans l’ancien testament en Genèse que Dieu le Père a fait un assemblage de toutes les eaux qu’il a nommé la mer et nous nous disons avec Saint Louis-Marie Grignon de Montfort que : « Dieu le Père a fait un assemblage de toutes les grâces qu’il a appelé MARIE. »


Dieu a fait de Marie la trésorière, l’économe et la dispensatrice de toutes ses grâces en sortes que toutes ses grâces et tous ses dons passent par ses mains. Selon le pourvoir reçu elle peut distribuer les grâces du Père, les vertus de Jésus-Christ et les dons du Saint Esprit à qui elle veut comme elle veut quand elle veut et autant qu’elle veut.


(Nous pouvons prendre l’exemple d’un acheteur qui veut un produit à l’extérieur là il a deux options soit faire confiance au service de livraison qui est gratuit ou essayer par ses propre moyens qui peut être très couteux et recevoir le produit tard) Marie est chef magasinier et les anges sont chargés de la livraison.
Marie est l’échelle qui nous conduit à son fils puisque c’est par cette même échelle qu’il est venu vers nous.


Saint Augustin nous dit que Marie est le moule vivant de Dieu fait par le Saint Esprit. C’est là où Dieu dans toute sa Divinité s’est laissé former un corps à l’image de l’humanité. Marie est le Sanctuaire par excellence du Saint-Esprit, elle est aussi son associée dans l’œuvre de la sanctification des âmes.


Parmi toutes les créatures dotées par Dieu de la grâce sanctifiante, qu’elle est celle qui a été par excellence le sanctuaire du Saint-Esprit sinon celle qui a reçu dès le premier instant de sa conception la plénitude de la grâce. On emploie communément pour marquer les relations de Marie avec le Saint-Esprit le terme d’épouse. Mais du Saint-Esprit, elle est avant tout le Temple, le Sanctuaire.


Ce que nous devenons au baptême, Marie le fut dès le premier instant de sa conception. Elle était déjà consacrée Temple de Dieu, Temple jamais profanée ; le démon ne put même pas un instant l’habiter.


La deuxième visite du Saint-Esprit, dans son Sanctuaire, fut lors de l’Annonciation. L’Esprit-Saint survint en Marie pour y opérer son chef d’œuvre : un Dieu fait homme, le verbe de Dieu s’est fait chair. Le Saint Esprit fait de Marie la Mère de Dieu. Et la troisième visite, c’est à la Pentecôte, où Il vient opérer en Marie quelque chose de nouveau. Il vient la confirmer comme Mère de toute l’Eglise.


A l’Annonciation, le Saint-Esprit forma le corps du Christ, à la Pentecôte, Il forma le corps de l’Eglise. L’Eglise est appelé le corps mystique du Christ oùle Christ est la tête et nous les membres. Marie ne pouvait donner naissance à la tête sans les membres. Voici donc ce qu’opéra en Marie le Saint-Esprit au jour de la Pentecôte. Il forma en Marie "le corps" : Il donna naissance au corps mystique du Christ. Et cette œuvre de la Pentecôte, Il l’accomplira jusqu’aux derniers jours du monde, tant qu’il y aura à former des élus pour le ciel.


C’est par Marie que le Saint-Esprit nous configure à l’image de Jésus. C’est par Marie qu’Il opéra et achèvera en nous l’œuvre de notre sanctification.
Marie est donc le moule par excellence que le Saint Esprit nous présente et quiconque y est jeté et se laisse manier aussi y reçoit tous les traits de Jésus-Christ vrai Dieu, d’une manière douce et proportionnée à la faiblesse humaine, sans beaucoup d’agonie et de travaux ; d’une manière sûre, sans crainte d’illusion, car le démon n’a point eu et n’aura jamais d’accès en Marie, sainte et immaculée, sans ombre de la moindre tache de péché.


Saint Augustin nous donne l’exemple d’un sculpteur qui peut faire une figure ou un portrait au naturel en deux manières :


• premièrement se servant de son industrie, de sa force, de sa science et de la bonté de ses instruments pour faire cette figure en une matière dure et informe ;


• deuxièmement c’est d’utiliser simplement un moule.


La première est longue et difficile et sujette à beaucoup d’accidents : il ne faut souvent qu’un coup de ciseau ou de marteau mal donné pour gâter tout l’ouvrage.
La seconde est prompte, facile et douce, presque sans peine , pourvu que le moule soit parfait ; pourvu que la matière dont il se sert soit bien maniable, ne résistant aucunement à sa main.


En conclusion nous disons que La Vierge Marie, inséparable de Jésus dans l’œuvre du salut du monde devient aussi l’associée du Saint-Esprit, la Co-rédemptrice dans l’œuvre de notre sanctification. Si nous voulons être l’objet des faveurs du Saint-Esprit, établissons la dévotion à Marie dans nos âmes. Un grand serviteur de la Vierge, saint Louis-Marie Grignon de Montfort, disait :"Quand le Saint-Esprit a trouvé Marie dans une âme, Il y vole, Il y entre pleinement. Il se communique à cette âme abondamment et une des raisons pour lesquelles le Saint-Esprit ne fait pas maintenant des merveilles dans les âmes, c’est qu’Il n’y trouve pas une assez grande union avec Marie.


Vivre une dévotion à Marie ce n’est pas seulement dire le rosaire mais c’est de l’Aimer et l’imiter en tout et à se donner tout entier à Marie et faire toute chose avec elle, en Marie et par Marie alors nous pourrons :


Devenir humble comme Marie


Marie se rappelait que tout en elle était don de Dieu. Elle gardait secrètes, même vis-à-vis de son époux, les faveurs célestes dont elle était gratifiée. Elle rapportait à Dieu les louanges qu’elle recevait. Elle se plaisait à servir les autres, à rester à la dernière place. Elle ne craignait pas le mépris : on ne la voit pas à Jérusalem le jour des Rameaux, lorsque le peuple reçoit son Fils avec tant d’honneurs, mais elle ne craint pas de paraître au Calvaire où elle est reconnue pour la mère du condamné.


Aimer Dieu et son prochain comme Marie


Croire comme Marie


C’est pour sa foi que Marie fut proclamée bienheureuse par Elisabeth. Dans la Passion de Jésus, les disciples sombrèrent dans le doute, seule la Sainte Vierge demeura ferme dans la foi, nous dit saint Albert le Grand.


Espérer comme Marie


L’espérance naît de la foi. La Sainte Vierge a montré combien grande était sa confiance en Dieu, d’abord en gardant le secret de sa miraculeuse maternité, pleinement assurée que Dieu prendrait soin de défendre son innocence, son honneur et sa vie. et surtout aux noces de Cana où, bien que sa demande soit nettement repoussée par Jésus, Marie est cependant assurée que son Fils lui accordait la grâce sollicitée.


Chasteté de Marie


Dieu nous a donné en Marie le modèle parfait de la transparence à l’amour de Dieu. Marie s’est consacrée entièrement à Dieu, ouvrant la voie à beaucoup d’autres.


Pauvreté de Marie


On voit Marie se rendre au Temple non pas avec un agneau, qui était l’offrande des gens aisés, mais avec deux tourterelles, qui étaient l’offrande des pauvres. Elle accepte d’épouser Saint Joseph, qui vivait durement du travail de ses mains. Elle partit en Egypte pour sauver son enfant, abandonnant sa maison, sa famille et ses amis.


Obéissance et patience de Marie


La Sainte Vierge était tellement attachée à Dieu qu’elle se donna le titre de servante. Marie, avec humilité, a vécu toute sa vie dans l’adhésion à la volonté de Dieu.
Pour comprendre nos angoisses, pour compatir à nos douleurs, il faut un cœur qui ait souffert. Pour obtenir notre pardon, il faut une âme innocente. Pour avoir à s’occuper des besoins de tous, il faut être exempt de toutes dettes, pur de toute tache. Pour consoler, pour sécher les larmes des petits enfants, il faut être Mère. Pour dispenser les grâces et les bienfaits du Ciel, il faut être Reine. Pour donner à tous, pour les aider tous, il faut avoir dans les mains la clé des trésors de Dieu. C’est ce que fait la très Sainte Vierge : Elle est pure, immaculée et sans tache, elle est Mère, elle a aimé, elle a souffert plus que tous, elle n’a aucune dette à satisfaire à la Divine Justice : elle est Reine, elle puise à son gré dans le trésor divin. Tous les biens spirituels et même temporels que nous recevons passent par les mains libérales de la très Sainte Vierge. Elle n’en n’est pas le possesseur mais la dépositaire et la distributrice : elle les obtient de « Celui qui est » et à qui tout appartient.


Que nos âmes brûlent donc d’amour pour la Vierge Marie, elles seront vite embrasées d’Amour de Dieu.




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document