-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-

Accueil > Enseignements > Evénements > Louange du vendredi > Du 5 mars au 17 avril 2014, carême en ligne avec Lourdes : La joie de la (...)


Retrouver les méditations vidéo de "Carême en ligne avec Lourdes" :

9ème méditation : "Priez Dieu pour la conversion des pécheurs " (jeudi 3 avril 2014)

8ème méditation : "Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! " (lundi 31 mars 2014)

7ème méditation : "La Vérité vous rendra libre" (jeudi 27 mars 2014)

6ème méditation : "La foi et la raison, la science et la religion" (lundi 24 mars 2014)

5ème méditation : "Le pèlerinage de la foi" (jeudi 20 mars 2014)

4ème méditation : "La Lumière de la Parole" (lundi 17 mars 2014)

3ème méditation : "La grâce et la liberté" (jeudi 13 mars 2014)

2ème méditation : "L’initiative vient du ciel" (lundi 10 mars 2014)

1ère méditation : "La joie de la conversion" (mercredi des cendres)


Du 5 mars au 17 avril 2014, carême en ligne avec Lourdes : La joie de la conversion



jeudi 3 avril 2014




Priez Dieu pour la conversion des pécheurs

Voir la vidéo méditative n°9


Le texte de la méditation du Père Dubois


Que fait-on à Lourdes ? On prie. Que font donc ces 250 personnes ce mercredi 24 février 1858, en attendant la venue de Bernadette ? Elles prient... Cela inquiète le commissaire de police et le Procureur, anime les conversations de cafés et remplit les colonnes des journaux français. Quelle agitation autour des événements lourdais ! On voudrait empêcher les foules de se rendre à la Grotte. Peine perdue... Ce sont 8000 personnes à la fin de la quinzaine ! On prie à Lourdes en ce mois hivernal de l’an 1858. La France entière du second Empire s’émeut. La Dame et Bernadette prient. Elles échangent comme une mère avec sa fille ou comme entre sœurs. La prière perturbe la cité bigourdane. Elle tient journalistes et politiques en haleine. Que faire contre une foule qui ne fait que prier en silence, tels, aujourd’hui, les veilleurs sur les places de France contre le totalitarisme de la pensée unique ?


Bernadette court à la tute aux cochons, ce jeudi 11 février 1858, pour soulager sa misère. Toinette, sa sœur, et son amie, Jeanne Abadie, vont ramasser du bois et des os. La vente leur permettra de manger un peu. Tout bascule soudainement avec l’apparition de la Dame. Tout bascule dans la prière et dans rien d’autre. Pour se rassurer, face à ce qui surgit à ses yeux hébétés, Bernadette veut faire le signe de la croix et prend son chapelet. La Dame sourit, la rejoint et l’apaise par un beau signe de croix. Elle l’attire dans sa prière. Bernadette ne prie plus alors pour se protéger ou se sortir de la misère possible d’une visite qui pourrait présentement être mauvaise. La prière de la Dame conduit la rencontre au sommet d’une joie très pure. Les deux jeunes filles, l’une du ciel et l’autre de la terre, égrènent ensemble leur chapelet. La visite s’est faite prière brûlante. Après la récitation toute intérieure du chapelet, Marie et Bernadette conversent souvent pour se dire ce qu’elles ont à se dire. Rien de ce dialogue ne sera dévoilé, hormis les paroles destinées à tous. La foule n’a droit à aucun merveilleux, aucun signe extraordinaire, aucune révélation fracassante ou inquiétante. La foule est conviée à la seule prière de Bernadette avec la Dame. La fille ainée des Soubirous en est si belle que tout le monde se met à son école ... en priant ! Nul n’a jamais vu le petit monde de Lourdes prier ainsi.


"Priez Dieu pour la conversion des pécheurs." C’est la demande de la Dame, plusieurs fois répétée. Prier, oui, mais pas n’importe qui : Dieu. Oui, mais pas n’importe quel Dieu ! Le Dieu de la Dame, le Dieu de Jésus-Christ, qui révèle le Dieu-Père, amoureux des hommes. Le Dieu qui, en Jésus par l’Esprit, veut transfigurer tout homme de la splendeur de sa Lumière. Le Dieu trois fois saint qui habille déjà la Dame de la plénitude de sa lumière.


Prier, c’est donc commencer toujours par accueillir cette présence divine que Bernadette accueille dans le silence et le recueillement de son chapelet avec la Dame. Prier, c’est avec Marie aller à la source de la divinité qu’est le Père, manifestée en Jésus son Fils et révélée par l’Esprit Saint.


La prière, c’est rendre les armes, et accueillir la présence ineffable de Dieu. Présence qui nous dépasse et nous habite par son Esprit-Saint. Présence du Royaume en nous, que malheureusement nous négligeons. Nous nous débattons avec notre misère pour chercher à la soulager. La prière, elle, nous plonge dans la source de Celui qui ne nous manque jamais, surtout pas si nous sommes démunis.


La prière avec Bernadette manifeste que nous sommes aimés. La prière nous fait voir le regard et le sourire de Marie. Elle nous ouvre au dialogue d’amitié avec elle, si du moins nous osons prier. Avons-nous remarqué que la Vierge Marie ne parle que d’une seule chose à demander à Dieu ? Il s’agit de ce qui seul occupe le cœur de Dieu : notre conversion.


Que fait Dieu dans son ciel ? Il pleure de nous voir malheureux à cause de notre péché. Jésus est en agonie jusqu’à la fin du monde. Il pleure, non sur lui-même, mais sur notre refus d’être aimé de lui. Il souffre du malheur dans lequel nous met notre manque de conversion, parfois à notre insu. Ah ! Si nous vivions en sa présence par la prière, devenant fils dans le Fils, nous habillerions la terre avec tous les feux de son amour.


"Priez Dieu pour la conversion des pécheurs." A Lourdes, la prière de Bernadette avec Marie est une porte du ciel qui s’ouvre pour nous dévoiler la folie d’amour de Dieu pour les pécheurs que nous sommes. C’est un appel à se laisser attirer par Dieu, envahir par Lui grâce à la prière. Nos péchés n’empêchent pas Dieu de nous aimer.


Amis auditeurs, "nous sommes tout pour Dieu" (Marthe Robin). La Vierge Marie nous le dit en ces simples mots : Priez pour la conversion des pécheurs. Faisons de notre prière un vrai cœur à cœur avec Dieu à l’école de Marie. Comprenons que par notre prière Dieu compte sur chacun de nous pour que tous soient sauvés en découvrant son amour. Comprenons que "seule la prière transforme le monde" (Padre Pio).


Bon et joyeux carême !



Voir en ligne : Du 5 mars au 17 avril 2014, carême en ligne avec Lourdes : La joie de la conversion



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?