-

2 Corinthiens 1, 3 "Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit."

-


Soirée de louange et d’adoration 2018 pour le Burkina Faso



mardi 11 décembre 2018, par DANGO Julien R



Le Lundi 10 Décembre 2018 à la veille de la commémoration du 58ème anniversaire de l’accession à l’indépendance du Burkina Faso, se tient à la Cathédrale de l’Immaculé Conception de Ouagadougou, la Soirée de Louange et d’Adoration en faveur de ce pays, organisée par la Coordination Diocésaine du Renouveau Charismatique Catholique de Ouagadougou en collaboration avec le ‘Buisson Ardent’, Renouveau Charismatique Catholique de l’Université de Ouagadougou. Le thème de la soirée était tiré de 1 Samuel 7,12 : « Le Seigneur nous a secourus jusqu’ici ».
Le Buisson Ardent organise cette activité depuis environ 13 ans. Mais cette année, elle connait une plus grande envergure du fait de son caractère diocésain. Elle se tient dans un contexte national où le pays doit relever d’énormes défis sur les plans sécuritaire, socio-économique et politique. Alors que le Seigneur a toujours été au côté du Burkina Faso malgré les difficultés, les fils de ce pays veulent se souvenir des bienfaits de Dieu de façon spéciale en ce soir.



La soirée a commencé aux environs de 18h30 par le mot d’ouverture de l’aumônier diocésain du Renouveau charismatique Catholique Monsieur l’Abbé Clément Taonsa.


Il a souhaité que par la miséricorde de Dieu, la paix et la grâce de Dieu descendent sur le Burkina Faso. Après le mot d’ouverture l’assemblée a demandé l’assistance de la Vierge Marie à travers la prière des mystères joyeux du chapelet. Ce temps marial a été conduit par le Ministère Compassion du Buisson Ardent. A la fin du chapelet, l’assemblée s’est réjoui de la présence de leur Mère du ciel à leur côté par une louange Mariale.


Un temps de mise en présence a été ensuite conduit par le Ministère de Louange et d’Adoration (MILADO) du Buisson Ardent.


Le peuple de Dieu a rendu grâce à Dieu pour ce nouveau rendez-vous, manifestation de sa fidélité. Il a été reconnaissant des merveilles que l’Eternel fait et fera pour cette nation. Dans ce mouvement de souvenir, l’assemblée s’est souvenue également de son péché et des péchés de cette nation à travers un temps de repentance. Une invocation du sang de Jésus s’en est suivi pour la restauration des fondations de cette nation et de tout son peuple. Rendu digne de Dieu par le sang de son fils, debout, les enfants du père ont adoré celui qui est l’auteur de la Vie, Celui qui béni le Burkina Faso. Cette adoration a abouti à l’invocation du Saint Esprit afin de disposer l’assemblé à écouter la parole de Dieu par la bouche de son serviteur. C’est dans cette présence de l’Esprit Saint que le message de ce soir a été donné.


Le prédicateur était le frère Evariste Kabore qui a fait sa prédication sur le thème de la soirée… « Le Seigneur nous a secourus jusqu’ici » … tiré de 1 Samuel 7,12. Le contexte biblique est que le Seigneur intervenait de façon particulière et miraculeuse pour délivrer Israël à chaque fois que ce peuple se trouvait en difficulté. Il a invité le peuple du Burkina Faso à reconnaître la main de Dieu en action dans ce pays.


Pour lui, Dieu est le maître de l’histoire et c’est sur Lui qu’il faut compter. Pour cela, il faudrait s’humilier et prendre conscience du fait que le Burkina Faso n’est pas un pays exceptionnel mais que c’est Dieu qui est à l’œuvre. C’est pourquoi, il faut rendre grâce à Dieu, d’où le sens de cette soirée. Cette soirée est aussi prophétique car le peuple de Dieu adresse à Dieu des prières d’adoration et d’intersession en faveur du pays et de ses autorités. Le prédicateur a fini son message en invitant le Burkina Faso à prier avec ferveur car Dieu est son secours.


A la suite du message de la soirée, nous avons vécu un grand temps d’intersession. Ce temps a commencé par une grande louange dirigée par le MILADO, suivi par un temps d’invocation du Saint Esprit ainsi que par une forte prière d’intercession et de proclamation prophétique pour le Burkina Faso. C’est dans cette atmosphère que nous avons abouti au point culminant de cette soirée qui est la célébration Eucharistique.


La messe fut concélébrée par l’Abbé Félix Magloire Pafardnam et l’Abbé Clément Taonsa. Les textes liturgiques étaient tirés de Isaïe 35,1-10 ; Psaume 85,9-14 et de l’Évangile selon Saint Luc 5,17-2. Dans son homélie le Célébrant principal a d’abord souhaité la bonne fête de l’indépendance aux burkinabés et leur a demandé d’être forts face aux difficultés tout en se souvenant de la présence de Dieu. Il a alors insisté sur la nécessité de la présence de Jésus au sein de cette nation car c’est l’Eternel qui bâti. Pour lui, il faut demander à Dieu de guérir les maladies spirituelles tout en convertissant les pécheurs et susciter des chefs d’états qui se tournent résolument vers Dieu en toute confiance. Il faudrait donc que les fils du Burkina Faso se lèvent et marchent résolument vers Dieu afin que la nation soit sauvée. Cette messe s’est achevé par l’adoration Eucharistique ou toute la gloire a été remise à Dieu et Jésus Christ proclamé Roi du Burkina Faso.


Nous avons fini cette soirée de louange et d’adoration 2018 dans l’action de grâce en bénissant le Dieu d’amour qui se souvient de son peuple, celui du Burkina Faso. Rendez-vous est donné le 31 décembre 2018 prochain pour la Virgile au SIAO.


Dieu bénisse notre nation, SHALOM !




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document